Un travailleur mort en faisant l'entretien de l'incinérateur de Lévis

À la Ville de Lévis, le dossier est... (Photo collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

À la Ville de Lévis, le dossier est pour l'instant traité comme un malaise et non pas comme un accident de travail.

Photo collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Un travailleur à l'emploi de la Ville de Lévis depuis 29 ans est décédé jeudi matin vers 11h30, possiblement après avoir subi un malaise alors qu'il effectuait l'entretien de l'incinérateur municipal situé sur la rue de Vulcain.

Selon un autre employé de la Ville, l'incinérateur n'était pas en fonction jeudi et Martial Mercier, âgé de 61 ans, effectuait des travaux de réparation à l'intérieur du four. C'est à ce moment qu'il se serait effondré pour une raison qu'ignorait son collègue de travail.

D'autres employés de l'incinérateur auraient alors tenté sans succès de pratiquer des manoeuvres de réanimation.

Même si la cause du malaise du sexagénaire n'a pas encore identifiée, le collègue de M. Mercier a cependant indiqué qu'il faisait souvent très chaud à l'intérieur du four et laisse entendre que son collègue pourrait avoir subi un coup de chaleur.

«C'est un espace clos et il fait très chaud là-dedans. Il fait 27 °C à l'intérieur du bâtiment et la température peut facilement être d'une vingtaine de degrés plus élevée à l'intérieur du four», a expliqué cet employé qui avait déjà lui-même effectué le genre de travaux que la victime faisait jeudi.

Sous le choc à la suite de la tragédie, d'autres employés de l'incinérateur ont dû être pris en charge par les ambulanciers. Les enquêteurs de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) sont arrivés sur les lieux en début d'après-midi.

Pas un accident de travail

Christian Tanguay, directeur des communications de la Ville de Lévis, a toutefois déclaré que le dossier était pour l'instant traité comme un malaise et non pas comme un accident de travail.

«Avec les renseignements dont nous disposons actuellement, on ne parle pas d'accident de travail. Si la CSST a été dépêchée sur les lieux, c'est qu'on doit l'aviser dès qu'un décès survient sur un lieu de travail», a-t-il expliqué en ajoutant que l'organisme gouvernemental et le coroner allaient tous les deux faire enquête sur les circonstances du décès.

La police de Lévis abondait dans le même sens, soulignant que l'employé était visiblement en arrêt cardiorespiratoire lors de leur arrivée sur les lieux.

La Ville a confirmé que M. Mercier, un opérateur de pont roulant depuis plusieurs années, se trouvait dans le four au moment de son décès et que l'incinérateur était un endroit qui n'était pas climatisés et dont l'environnement variait beaucoup selon la température extérieure.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer