La bâtonnière suspendue et le Barreau cherchent un terrain d'entente

Il s'agit d'un premier signe d'apaisement des tensions... (Photo d'archives)

Agrandir

Il s'agit d'un premier signe d'apaisement des tensions depuis le début de la crise qui secoue le Barreau.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Me Lu Chan Khuong et le Barreau du Québec tentent d'enterrer la hache de guerre. Ils entament des rencontres en vue de mettre fin au conflit qui déchire depuis des semaines l'ordre professionnel des avocats.

Un communiqué a été publié sur l'heure du dîner, mardi, pour annoncer que «les parties ont convenu de suspendre temporairement les procédures» judiciaires et de participer «à une conférence de règlement à l'amiable» présidée par le juge François Rolland, de la Cour supérieure. Les protagonistes ont convenu de ne pas commenter publiquement.  

Il s'agit d'un premier signe d'apaisement des tensions depuis le début de la crise qui secoue le Barreau. Fin juin, des révélations ont été faites à propos d'une plainte pour vol à l'étalage contre Mme Khuong, la nouvelle bâtonnière élue. Comme le dossier a été déjudiciarisé, cette information aurait dû demeurer confidentielle. La ministre de la Justice s'est d'ailleurs inquiétée de cette fuite. Me Khuong, elle, plaide la distraction pour expliquer l'épisode qui s'est produit dans un magasin Simons, à Laval, en 2014. 

Dans la foulée des révélations, le conseil d'administration a suspendu la bâtonnière, lui reprochant notamment d'avoir accordé une entrevue à un journaliste et certains des commentaires qu'elle a formulés. Elle avait déclaré avoir accepté la déjudiciarisation pour «éviter de perdre [son] temps en cour». 

De son côté, Me Khuong a lu dans le cours des événements des manoeuvres bassement partisanes par des proches du candidat défait au poste de bâtonnier pour la forcer à démissionner. Elle soutient aussi que le Barreau a coulé des informations à la presse à son sujet. Une appréciation des choses qualifiée de «théorie du complot» par l'actuel vice-président du Barreau, Louis-François Asselin. 

L'ordonnance de sauvegarde déposée par Mme Khuong pour réintégrer ses fonctions aurait pu être entendue dès mercredi au palais de justice de Québec. Elle poursuivait aussi en dommages les membres du C. A. pour 95 000 $. 

Élue avec 63 % des voix en mai, Me Khuong, conjointe de l'ex-ministre la Justice Marc Bellemare, avait promis de revoir à la baisse les salaires au Barreau et de diminuer les cotisations de ses 25 000 membres. 

Un groupe de 140 avocats qui appuient Me Khuong ont obtenu la tenue d'une assemblée générale extraordinaire du Barreau pour discuter du cas de la bâtonnière.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer