Mort de six cadets à Valcartier en 1974: des cicatrices encore vives

Au camp des cadets à Valcartier, le 30... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Au camp des cadets à Valcartier, le 30 juillet 1974, l'explosion d'une grenade dans un dortoir a fait six morts et plusieurs blessés.

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les victimes du drame de Valcartier où six cadets ont trouvé la mort en 1974 dans l'explosion d'une grenade attendent avec un optimisme prudent le rapport de l'ombudsman qui doit être dévoilé mardi, et ce, même si le ministre de la Défense, Jason Kenney, a déjà annoncé qu'il accepterait toutes les recommandations du document.

À l'époque, Charles Gutta était adjudant-maître de la compagnie D du camp des cadets. Il a vu l'horreur lorsque le 30 juillet 1974, une grenade qui ne devait pas être active a été dégoupillée dans un dortoir où se trouvaient des dizaines d'adolescents. Six d'entre eux sont décédés, beaucoup d'autres ont été blessés.

Des dizaines d'années plus tard, les cicatrices physiques et psychologiques des victimes toujours en vie sont encore vives. C'est pour obtenir justice que M. Gutta a entrepris des démarches pour aider ceux qu'il surnomme encore affectueusement «les jeunes». Au cours des années, il a été en mesure de retracer une cinquantaine d'entre eux sur la centaine impliquée dans le drame. «On souhaite que les jeunes aient le service demandé, le médical et tout ce qui suit parce qu'ils ont été oubliés pendant 41 ans», expose-t-il. Au-delà de l'aide médicale et financière, il attend également un geste symbolique du gouvernement canadien : des excuses officielles. Parce que le gouvernement a longtemps balayé sous le tapis cette histoire embarrassante sans jamais chercher à enquêter sur ce qui s'est réellement passé. 

Le ministre de la Défense a laissé entendre le 17 juillet dernier, en marge d'un événement au quartier général de la Réserve navale sur la rue Dalhousie, à Québec, qu'il exaucerait ses voeux. «S'il faut donner plus d'aide et de soins à ces personnes-là, on va le faire», a affirmé Jason Kenney, ajoutant même qu'il accepterait toutes les recommandations du document préparé par l'ombudsman de la Défense nationale, Gary Walbourne.

De la politique?

Même si Charles Gutta qualifie les propos du ministre de «réconfortants», il ne souhaite pas se prononcer sur ce qui pourrait émaner de l'enquête. «Nous avons été un peu surpris lorsque nous avons entendu qu'ils accepteraient toutes les recommandations», admet de son côté Gerry Fostaty, qui faisait partie du groupe de jeunes qui a vu la scène cauchemardesque.

L'auteur du livre portant sur les événements As You Were: The Tragedy at Valcartier souffre toujours de stress post-traumatique. Depuis une dizaine d'années, il en a vu de toutes les couleurs avec des politiciens qui ont toujours semblé vouloir les aider, lui et ses camarades d'infortune. Ses espoirs ont toujours été déçus et c'est pour cette raison que, même s'il est très heureux que l'ombudsman ait accepté d'enquêter, il doute des réelles intentions du gouvernement.

«Le ministre peut promettre quelque chose et ne pas y donner suite», avance-t-il. M. Fostaty croit que la Défense a intérêt à redorer son blason publiquement, surtout à quelques mois des élections. Par contre, est-ce que les bottines suivront les babines? «Et puis, de quelle forme d'aide s'agira-t-il?» se demande-t-il. 

Silence significatif

L'ombudsman de la Défense nationale, Gary Walbourne, a annoncé il y a plus d'un an - le 15 mai 2014 - qu'il ferait la lumière sur les événements, promettant que le dossier avancerait très rapidement. Il a cependant fallu 10 mois avant que le bureau du ministre autorise l'enquête. Le 14 juillet dernier, le bureau de l'ombudsman a gazouillé que les conclusions seraient rendues publiques mardi, sans fournir davantage de détails.

Depuis, c'est le silence radio sur le site Internet mis sur pied par les victimes du drame, témoigne Gerry Fostaty. «Je pense que les gens ont peur d'être trop optimistes, ils sont prudents», conclut celui qui partage les mêmes sentiments.

Au camp des cadets à Valcartier, le 30... (Archives Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Au camp des cadets à Valcartier, le 30 juillet 1974, une grenade qui ne devait pas être active a été dégoupillée dans un dortoir où se trouvaient des dizaines d'adolescents. Six d'entre eux sont décédés, beaucoup d'autres ont été blessés. 

Archives Le Soleil

Le NPD souhaite une forme de reconnaissance d'Ottawa

La députée néo-démocrate de Portneuf-Jacques-Cartier, Élaine Michaud, croit qu'il est grand temps que le gouvernement canadien reconnaissance enfin ce qu'il s'est passé à Valcartier il y a 41 ans. 

«Je m'explique mal pourquoi Ottawa a attendu si longtemps avant d'enquêter», affirme l'élue, dont le territoire abrite la base militaire. Mais elle se réjouit néanmoins de la sortie du rapport préparé par l'ombudsman de la Défense nationale, Gary Walbourne, puisque celui-ci braquera les projecteurs sur les événements tragiques où six cadets ont perdu la vie lorsqu'une grenade qui se devait être inactive a été dégoupillée. 

«Pour nous, l'important, c'est que les survivants aient accès à l'aide [médicale et psychologique] et que le rapport leur apporte une certaine forme de réconfort parce que ce qui s'est passé a été caché pendant des dizaines d'années», souligne Mme Michaud. Les excuses officielles attendues par les victimes sont également primordiales pour le députée.

Quant à la déclaration du ministre de la Défense, Jason Kenney, qui a affirmé il y a deux semaines qu'il accepterait toutes les recommandations, elle est sceptique. «Entre accepter des recommandations et agir, il y a toujours un pas à franchir», fait-elle remarquer. Élaine Michaud presse le gouvernement de donner suite au rapport, non seulement pour les victimes actuelles, mais également pour éviter de nouveaux drames. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer