Alain Perreault tabassé par un codétenu à Port-Cartier en 2014

Alain Perreault en 2010... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Alain Perreault en 2010

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alain Perreault, auteur présumé du meurtre de Lyne Massicotte, a été passé à tabac et blessé par un codétenu alors qu'il séjournait au pénitencier à sécurité maximale de Port-Cartier, en mai 2014.

Patrick Langlois, 32 ans, a comparu brièvement au palais de justice de Québec, mercredi matin, sous des accusations de voies de fait causant des lésions contre Alain Perreault et de voies de fait contre un agent de la paix.

L'agression à mains nues, suivie d'une altercation avec un gardien de prison, se serait produite dans une aire commune du pénitencier fédéral, le 26 mai 2014. La scène a été filmée «de façon très claire» par une caméra de surveillance, a indiqué l'avocat de la Couronne à sa sortie de la salle d'audience. L'enregistrement n'a pas été rendu public, mercredi, et les circonstances de l'événement n'ont pas été précisées. 

Langlois, un résident de Québec dont la dernière adresse connue est sur le boulevard Charest - son adresse au plumitif est actuellement au Centre de détention de Québec -, doit revenir en cour demain. Son avocate a laissé entendre que l'accusé allait plaider coupable sur les deux chefs déposés contre lui. Plus de détails sur l'incident devraient alors être connus. 

Les démêlés de Langlois avec la justice étaient déjà fort complexes. Pas moins de 83 chefs d'accusation ont été portés contre lui pour 41 dossiers criminels depuis 2001. 

Il purge depuis 2013 une peine de 26 mois pour agression armée contre un agent de la paix, un délit survenu alors qu'il était déjà en détention pour d'autres infractions. En 14 ans - soit depuis qu'il a 18 ans -, Langlois a entre autres reçu des condamnations pour vol, complot, méfait, non-respect des conditions de probation et possession de stupéfiants.

25 ans

Quant à Alain Perreault, il s'est retrouvé à Port-Cartier pour purger sa peine de 25 ans de pénitencier imposée par un juge de la Cour supérieure. Perreault avait été déclaré coupable du meurtre de Lyne Massicotte par un jury, le 11 février 2011. 

Il aura toutefois droit à un nouveau procès. La Cour d'appel a en effet ordonné la tenue de nouvelles procédures en avril dernier, invoquant des lacunes dans les directives données au jury. 

Toujours détenu, le présumé meurtrier avait été arrêté à la suite d'une opération Mister Big. Dans ce type de stratagème, les agents doubles inventent des scénarios pour entraîner un suspect dans une fausse organisation criminelle et obtenir des aveux.

Mais un arrêt de la Cour suprême, l'arrêt Hart (juillet 2014), est venu établir que les aveux obtenus lors d'une telle opération sont présumés inadmissibles. 

Les juges de la Cour d'appel ont donc déterminé que, lors du procès d'Alain Perreault, «les directives au jury sont insuffisantes tant au niveau de la fiabilité de l'aveu que de son effet préjudiciable, compte tenu notamment du contexte dans lequel il a été fait».

La Couronne a porté la cause devant la Cour suprême, qui tranchera éventuellement sur la tenue du nouveau procès. 

Perreault avait été ciblé par les policiers depuis la disparition de Lyne Massicotte, à l'été 2003. Après avoir flirté avec elle sur Internet, Perreault a été le dernier à la voir vivante.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer