Un ado de 15 ans accusé de sept incendies criminels

Le plus important brasier qui aurait été allumé... (www.spiq.ca)

Agrandir

Le plus important brasier qui aurait été allumé par l'adolescent a fait rage le 6 février, dans un immeuble de logements de la rue Boutet, à Québec.

www.spiq.ca

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un adolescent de 15 ans est soupçonné d'avoir allumé au moins sept incendies criminels dans les secteurs de Charlesbourg et de Loretteville, entre octobre et mai, dont certains ont mis la vie de citoyens en danger. La somme des dégâts causés est évaluée à plus de 700 000 $.

Le jeune suspect a été arrêté par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) le 17 juillet et a comparu par visioconférence, samedi. Il est actuellement détenu et reviendra en cour demain pour la suite des procédures judiciaires. 

Le détenu fait face à plusieurs chefs d'accusation d'incendie criminel mettant la vie d'autrui en danger et d'incendie criminel causant des dommages matériels. S'ajoute une accusation de défaut de se conformer à une peine ou une décision rendue par la Chambre de la jeunesse, dont la nature n'a pas été précisée par le SPVQ.

Après des mois d'enquête, les autorités ont réalisé que plusieurs incendies suspects survenus au cours des derniers mois avaient été l'oeuvre d'un même individu. «Cette arrestation fait suite à une série d'incendies criminels survenue entre le 1er octobre 2014 et le 21 mai 2015. On peut relier [le suspect] à sept incendies criminels pour des dommages totaux de 700 000 $», a détaillé Pierre Poirier, porte-parole du SPVQ.

Le présumé pyromane aurait surtout mis le feu à des objets, s'attaquant notamment à des bacs de recyclage ou des rebus. Il aurait aussi fait griller un véhicule utilitaire sport sans raison apparente. Mais ses feux ont parfois pris plus d'ampleur. 

Le plus important brasier qui aurait été allumé par l'adolescent a fait rage le 6 février, dans un immeuble de logements situé au 23, rue Boutet. Ce soir-là, le bâtiment avait été déclaré perte totale et, de l'avis des policiers et des pompiers, des vies ont été mises en danger. 

Vies menacées

Le suspect aurait provoqué des flammes aux alentours de 22h. Le brasier s'est rapidement propagé, si bien qu'en 10 minutes, les pompiers de Québec déclenchaient une troisième alarme. «Sans l'aide d'un bon samaritain [qui est entré pour alerter les résidents], on aurait eu des morts», a avancé Pierre Poirier.

Le sauvetage in extremis de certains locataires est raconté dans un récit publié après les évènements sur le www.spiq.ca, partenaire du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec.

«Fait à noter, notre photographe, Olivier Marcoux, se rend sur les lieux et arrive avant les premières unités. Assisté d'une personne, il aide les locataires à évacuer le bâtiment et à se rendre dans le bloc situé en face. Une personne est fortement incommodée par la fumée. Prise en charge par Olivier puis par les policiers,

celle-ci sera transportée en ambulance au centre hospitalier. À ce moment, le feu est pris à la grandeur de la partie arrière du bâtiment», peut-on lire dans le compte rendu. 

Interrogées mardi, les autorités n'ont pas été en mesure de donner des indices sur le modus operandi, à savoir, par exemple, si l'accusé utilisait un accélérant. Pas plus qu'il n'a été possible de savoir s'il présente les signes d'un quelconque désordre psychologique.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer