Meurtre dans Saint-Sauveur: l'accusé apte à comparaître

Le palais de justice de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le palais de justice de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sylvain Fournier fera face à la justice. Auteur présumé du meurtre d'un touriste français dans un appartement du quartier Saint-Sauveur, à Québec, le 12 juillet, l'accusé a été déclaré apte à comparaître après avoir fait l'objet d'une évaluation psychiatrique. 

Fournier était de retour au palais de justice de Québec, lundi matin, au terme d'un séjour d'une semaine à l'Institut universitaire en santé mentale, où il s'est prêté à une série d'examens sur son aptitude à comparaître.

À la vue des conclusions de l'évaluation psychiatrique réclamée la semaine dernière par l'avocat de la défense, la juge Christine Gosselin a déclaré l'accusé de 41 ans disposé à subir et comprendre les procédures judiciaires dans lesquelles il est impliqué. 

Fournier est accusé du meurtre prémédité de Joachim Aracil, 82 ans, de tentative de meurtre contre Arlette Aracil, 76 ans, et de menaces contre deux résidents de la coopérative d'habitation l'Étale, où le drame s'est produit. 

Peu après 20h, le 12 juillet, au troisième étage du 610, rue Colbert, Fournier, lui-même résident de la coopérative, aurait poignardé à mort M. Aracil et tenté de la même manière de mettre fin aux jours de Mme Aracil. Les apparences, pour l'instant, laissent croire à un crime gratuit. 

Suspect en crise

Des témoins ont raconté que le suspect, possiblement en crise, se trouvait dans la cour intérieure de l'immeuble d'habitation peu avant l'attaque contre les deux touristes français, originaires de Nice. Ces derniers étaient de passage dans la capitale, occupant temporairement le logement d'une connaissance de la famille, dont le lien n'a pas été précisé par les autorités.

M. Aracil aurait interagi brièvement avec le suspect, qui se serait alors précipité au troisième étage pour s'en prendre aux deux personnes âgées.

L'accusé a été arrêté dans les minutes suivant l'agression et est détenu depuis. Dans les premières heures après le crime, plusieurs voisins ou témoins ont fait référence aux troubles mentaux de Fournier.

Des troubles vraisemblablement connus des autres locataires, d'autant plus que l'Étale a pour mission d'accueillir des résidents présentant des désordres psychologiques. La moitié des habitants de la coopérative fait partie de cette catégorie, alors que l'autre moitié est composée de familles.

Sylvain Fournier doit revenir en cour le 4 août pour son enquête sur remise en liberté. Cette étape en Cour du Québec ne vise que les chefs de tentative de meurtre et de menaces.

Pour l'accusation la plus grave, soit celle de meurtre au premier degré, son avocat, Me Louis-Michel Côté, devra s'adresser à la Cour supérieure s'il espère voir son client libéré en attendant son procès.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer