Isabelle Richer obtient son congé de l'hôpital

Isabelle Richer... (PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA)

Agrandir

Isabelle Richer

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Trois semaines après son grave accident de vélo, la journaliste Isabelle Richer a finalement obtenu son congé de l'hôpital tard jeudi soir.

«La voilà installée dans une belle grande chambre d'un institut de réadaptation, où elle jouira d'un environnement beaucoup plus calme», annonce sur Facebook sa soeur Geneviève Richer. 

Elle mentionne que la journaliste a quitté l'hôpital en fauteuil roulant, les bras chargés de cadeaux reçus à son anniversaire. «Plutôt joyeux, comme tableau!» lance Geneviève dans son message écrit sur la page Facebook Des nouvelles d'Isabelle, qu'elle alimente quotidiennement depuis l'accident.

Isabelle Richer a subi un traumatisme crânien et des fractures cervicales après avoir été heurtée par un camion à Rougement, en Montérégie, le 27 juin. Malgré la gravité de ses blessures, le pronostic des médecins était très encourageant dès le lendemain de l'accident: la journaliste ne devrait garder aucune séquelle de l'accident, même si des mois de convalescence et de réhabilitation l'attendent avant de pouvoir reprendre le travail.

Sur la page Facebook Des nouvelles d'Isabelle, aimée par 28 000 personnes, Geneviève Richer donne des nouvelles et raconte des anecdotes sur l'état de santé de sa soeur. Parmi celles-ci, la fois, ce jeudi, où elle a demandé au personnel de l'institut de réadaptation «où était le mini-bar, tant elle était impressionnée par le côté "5 étoiles" de l'endroit», raconte sa soeur.

«Le retour de son sens de l'humour augure de très bonnes choses», ajoute-t-elle. «D'abord pour son moral, que j'aurais cru beaucoup plus amoché, vu les circonstances, mais il émane plutôt d'elle une grande sérénité, se sachant déjà chanceuse d'être en vie. Ensuite pour son rétablissement cognitif, qui continue de faire des progrès spectaculaires quotidiennement», indique sa soeur Geneviève, elle-même médecin.

Elle ajoute que l'évolution rapide de l'état d'Isabelle «laisse présager que le brouillard se lève doucement sur sa conscience et sa mémoire, à mesure que les contusions cérébrales s'estompent».

La journaliste n'est pas pour autant au bout de ses peines, poursuit sa soeur. Elle éprouve toujours «quelques fâcheux symptômes (...), comme une diplopie intermittente [traduction: elle voit double de temps en temps] et une dysphagie [traduction: elle a de la difficulté à déglutir] secondaire à ses douleurs cervicales».

Isabelle Richer sera «prise en charge» par une horde de thérapeutes dès aujourd'hui.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer