Pornographie juvénile: l'accusé autorisé à utiliser un ordinateur

La juge Andrée St-Pierre a acquiescé à la demande de la défense, mercredi au... (Shutterstock, BrAt82)

Agrandir

Shutterstock, BrAt82

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Amqui) La juge Andrée St-Pierre a acquiescé à la demande de la défense, mercredi au palais de justice d'Amqui, visant à modifier les conditions de remise en liberté de Richard Warren de Causapscal, dans la Matapédia. Par conséquent, l'homme de 47 ans, accusé de possession, de distribution et d'accès à du matériel de pornographie juvénile, aura le droit d'utiliser un ordinateur et Internet.

Des policiers de l'équipe d'enquêtes sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet de la Sûreté du Québec avaient arrêté l'individu en avril et avaient perquisitionné du matériel informatique à son domicile. Après avoir comparu devant le tribunal, où il a été formellement accusé, le prévenu a été remis en liberté sous certaines conditions. Parmi celles-ci, il lui était interdit d'utiliser un ordinateur, d'accéder à Internet et d'utiliser un téléphone cellulaire.

La Cour a fait entendre le patron de Richard Warren, un technicien en informatique. Le président de la firme de services informatiques a livré un plaidoyer en faveur de l'employé, qui travaille pour lui depuis environ cinq ans. «Ça nous a causé de gros maux de tête depuis avril, a témoigné Alain Vigneault. En région, c'est difficile de trouver quelqu'un qui a de l'expérience.» L'homme, dont l'entreprise fait partie d'une bannière qui compte 250 magasins, a fait savoir à la cour qu'il soutenait entièrement son employé. «La façon dont c'est arrivé, qu'il a downloadé quelque chose pour un client, c'est quelque chose qui aurait pu m'arriver», a-t-il admis.

Téléphone cellulaire

En dépit des objections de la Couronne, la juge St-Pierre a modifié les engagements de l'accusé. Par conséquent, il sera toujours interdit à Richard Warren d'avoir accès à un ordinateur et à Internet, sauf dans le cadre de son travail et à condition qu'il soit en présence d'un client ou d'un collègue de travail. La magistrate lui permet aussi d'avoir accès à un téléphone cellulaire, dans la mesure où il lui sera fourni par son employeur et qu'il s'agisse d'un appareil ne lui donnant pas accès à Internet.

Richard Warren devra revenir en cour le 1er septembre au palais de justice d'Amqui pour orientation et déclaration. C'est à ce moment-là que l'on saura s'il plaide coupable ou non aux accusations portées contre lui.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer