Meurtre dans Saint-Sauveur: apparences de crime gratuit

Joachim Aracil, un touriste français âgé de 82... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

Joachim Aracil, un touriste français âgé de 82 ans, a succombé à ses blessures. Quant à sa femme, Arlette, on ne craint pas pour sa vie.

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le meurtre et la tentative de meurtre survenus dimanche soir dans un logement du quartier Saint-Sauveur, à Québec, ont toutes les apparences d'un crime gratuit, qui aurait été commis par un résident de la coopérative d'habitation atteint de troubles de santé mentale.

La scène s'est déroulée dans leur cour arrière... (Collaboration spéciale, Patricia Cloutier) - image 1.0

Agrandir

La scène s'est déroulée dans leur cour arrière commune d'une coopérative d'habitation du quartier Saint-Sauveur.

Collaboration spéciale, Patricia Cloutier

Les escaliers maculés de sang menant au balcon... (Collaboration spéciale, Patricia Cloutier) - image 1.1

Agrandir

Les escaliers maculés de sang menant au balcon de l'appartement ou le crime a eu lieu.

Collaboration spéciale, Patricia Cloutier

La police de Québec a poursuivi son enquête toute la journée lundi, questionnant les témoins de l'agression survenue au 610, rue Colbert, à Québec, vers 20h. 

Les victimes sont un couple de Français qui étaient en vacances dans la capitale. Joachim Aracil,

82 ans, est mort après avoir été poignardé à l'aide d'une arme blanche, tandis que sa conjointe Arlette Aracil, 76 ans, a aussi été agressée et a été transportée à l'hôpital pour des blessures sérieuses, sans qu'on craigne pour sa vie.

La police de Québec n'a pas voulu établir le lien exact qui unit l'occupante de l'appartement (qui n'était pas sur place lors du crime), et le couple. «Ils se trouvaient dans l'appartement d'une connaissance de la famille», indique Pierre Poirier, porte-parole de la police de Québec. 

Le suspect, Sylvain Fournier, 41 ans, est un résident de la coopérative d'habitation. Vêtu de la combinaison sanitaire fournie par les services de détention, il a été accusé lundi après-midi au palais de justice de Québec du meurtre au premier degré de Joachim Aracil et de tentative de meurtre, en la poignardant, de Arlette Aracil.

Fournier a aussi été accusé de menaces de mort sur Laurent Pagano et Paul-André Perron, deux voisins qui sont intervenus lors de l'agression.

L'air indifférent, l'accusé, grand gaillard aux cheveux clairsemés, n'a eu que peu de réactions durant la brève comparution, se contentant de suivre la discussion des yeux.

Des membres de la famille de Sylvain Fournier étaient présents dans la salle d'audience.

Sans surprise, vu les antécédents psychiatriques de son client, l'avocat de défense Me Louis-Michel Côté a demandé un examen sur l'aptitude à comparaître.

Le procureur de la Couronne, Me Guillaume Michaud ne s'est pas opposé à cette demande.

Sylvain Fournier sera donc envoyé à l'Institut universitaire en santé mentale pour y être examiné.

Le dossier de tentative de meurtre et de menaces de mort reviendra à la cour pour la forme le 20 juillet.

S'il veut être remis en liberté, Sylvain Fournier devra s'adresser à la Cour supérieure puisqu'il est accusé de meurtre au premier degré.

Le suspect était connu des policiers. Sylvain Fournier a déjà été accusé de méfait, d'introduction par effraction et de menace. En 2005, il a été déclaré non-responsable criminellement pour cause de troubles mentaux d'avoir agressé et volé un proche. 

Voisins sous le choc

Lors du passage du Soleil, tôt lundi matin, plusieurs voisins étaient encore sous le choc et n'avaient pas beaucoup dormi durant la nuit. La scène s'est déroulée dans leur cour arrière commune, si bien que, de leur balcon, plusieurs ont pu voir ou entendre ce qui se passait.

Vers 20h, M. Fournier se promenait dans la cour et «semblait divaguer», explique une voisine, qui tient à rester anonyme. M. Aracil serait sorti sur le balcon et l'aurait interpellé. À ce moment-là, il y aurait eu des cris et le suspect serait monté directement dans l'appartement du troisième étage.

Un voisin, qui a aussi demandé à rester anonyme, raconte qu'il a entendu hurler de peur. «Je suis parti à courir dans les escaliers pour aller voir ce qui se passait, et quand je suis arrivé, j'ai vu qu'il était en train de battre le monsieur», raconte-t-il. 

Le voisin s'est interposé et a empoigné M. Fournier, qui semblait en crise. Il a réussi à le sortir de l'appartement, avant d'appeler le 9-1-1. Le voisin est ensuite retourné dans le logement, les bas maculés de sang. À ce moment, l'octogénaire était effondré, au sol. «Je l'ai vu mourir!» lance-t-il, désemparé. Il s'est donc occupé de mettre de la pression sur la plaie au cou de la dame, qui était encore en vie. «J'ai réussi à tenir jusqu'à l'arrivée des policiers et des ambulanciers», explique-t-il. 

Selon ce voisin, «il n'y avait aucun lien» entre le suspect et les victimes. Le couple de Français était arrivé depuis seulement quelques jours dans la coopérative. 

Sylvain Fournier a été arrêté quelques minutes plus tard dans la cour arrière de l'immeuble.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer