Deux vendeurs de pistolets électriques coupables de trafic d'arme prohibée

Le palais de justice de Québec... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le palais de justice de Québec

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Deux hommes qui vendaient des pistolets à impulsion électrique (stun gun), soi-disant pour des fins de protection, ont plaidé coupables mercredi à des accusations de trafic d'arme prohibée.

Michel Bélanger et Denis Ayotte ont été arrêtés par l'escouade régionale mixte en février 2011. Bélanger était soupçonné de faire du trafic de cocaïne. Il a vendu quatre fois de la poudre blanche à un agent d'infiltration en plus de lui procurer deux pistolets électriques. Bélanger s'était approvisionné en armes chez Denis Ayotte. L'un des deux pistolets était d'une puissance telle que le trafiquant avait senti le besoin de mettre en garde son acheteur. Les deux hommes, en liberté durant les procédures, reviendront à la cour en novembre pour les observations sur la peine. Ils sont passibles d'une peine minimale d'un an pour le trafic d'arme prohibée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer