La Couronne veut être sûre qu'Arthur Porter est bel et bien décédé

Arthur Porter, photographié en mars 2013, dans sa... (PHOTO JEFF TODD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Arthur Porter, photographié en mars 2013, dans sa maison à Nassau, au Bahamas.

PHOTO JEFF TODD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) souhaite obtenir des preuves formelles du décès d'Arthur Porter avant d'abandonner les accusations de fraude qui pèsent contre l'ex-directeur général du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

La procureure Marie-Hélène Giroux a indiqué jeudi qu'elle attend la confirmation officielle et des preuves qui viendraient corroborer la nouvelle selon laquelle le médecin et homme d'affaires de 59 ans est bel et bien mort cette semaine dans un hôpital du Panama.

C'est son biographe, Jeff Todd, qui avait annoncé mercredi dans un communiqué que le médecin traitant d'Arthur Porter au Panama, Roberto Lopez, venait de confirmer son décès.

Plus tard mercredi, le médecin britannique Karol Sikora a précisé dans un courriel à La Presse Canadienne que son ami était mort dans un centre de traitement du cancer du Panama peu après minuit. Selon le docteur Sikora, Arthur Porter souffrait d'un cancer métastasique du poumon depuis deux ans et demi - soit quelques mois avant son arrestation.

M. Todd a publié un second communiqué jeudi pour annoncer que la famille de M. Porter confirmait son décès.

Me Giroux a indiqué que son bureau prépare actuellement une demande officielle aux autorités panaméennes pour obtenir la preuve du décès de M. Porter - comme un certificat de décès signé par un médecin, par exemple.

L'ex-directeur général du CUSM avait été arrêté en 2013, lors d'une escale au Panama, en vertu d'un mandat d'arrêt lancé par un juge au Canada. L'homme était emprisonné depuis ce temps et contestait son avis d'extradition vers le Canada pour y répondre des accusations déposées contre lui.

Arthur Porter est accusé d'avoir accepté 22,5 millions $ en pots-de-vin pour accorder à la firme d'ingénierie SNC-Lavalin le contrat de construction du nouveau CUSM, un projet de plus d'un milliard de dollars. M. Porter était directeur du CUSM depuis 2004 lorsque la fraude aurait été commise, entre 2008 et 2011. Il a quitté son poste en 2011 lorsque des allégations de mauvaise gestion ont surgi dans les médias, et il avait depuis déménagé aux Bahamas avec sa femme.

Le Bureau de lutte à la corruption et à la malversation du DPCP a finalement autorisé le dépôt de chefs d'accusation pour fraude, complot pour fraude, fraude envers le gouvernement, abus de confiance, commissions secrètes et recyclage des produits de la criminalité contre Arthur Porter, qui a toujours clamé son innocence.

Sa femme Pamela a été condamnée en décembre dernier à 33 mois de prison après avoir plaidé coupable à deux chefs de blanchiment d'argent en lien avec la fraude présumée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer