Trafic de médicaments: un pharmacien de Québec plaide coupable

Christian Vézina était propriétaire de la pharmacie Brunet... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Christian Vézina était propriétaire de la pharmacie Brunet située rue Marie-de-l'Incarnation, à Québec.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le pharmacien Christian Vézina a plaidé coupable à l'accusation d'avoir fait le trafic de médicaments vendus sous ordonnance. Une infraction commise pour dépanner des clients aux prises avec des douleurs, a précisé son avocat.

Fils, petit-fils et même arrière-petit-fils de pharmacien, Christian Vézina a pris les rênes du Brunet de la rue Marie-de-l'Incarnation en 1996.

En 2009, certains clients, victimes de douleurs et de malaises, commencent à lui demander de puissants calmants. Le pharmacien accepte de leur en vendre, et ce, même s'ils n'ont pas d'ordonnance de leur médecin. «Ça a fait boule de neige et il a été pris dans l'engrenage, a expliqué son avocat Me Carl Thibault. Il sentait qu'il n'avait pas le choix de continuer, de peur d'être dénoncé.»

Le pharmacien se servait des comprimés de son inventaire, qui n'est pas contrôlé, a-t-il dit.

Plusieurs clients revendaient les médicaments sur le marché noir, un fait connu du pharmacien.

Les policiers de Québec sont mis au parfum en 2011 par des citoyens qui appellent sur la ligne d'information confidentielle 641-AGIR. Un employé de la pharmacie confirme les rumeurs.

Agent d'infiltration

Un agent d'infiltration est envoyé à la pharmacie en juin et juillet 2012 pour faire quatre transactions d'hydromorphone, d'oxycontin et de dilaudid.

Christian Vézina a affirmé aux policiers qu'il avait quatre ou cinq clients. La poursuite estime que la clientèle était beaucoup plus considérable.

Le pharmacien n'avait aucune dette et aucune dépendance à la drogue. Il a dit avoir obtenu des revenus variant de 3000 $ à 4000 $ par mois avec les ventes illicites de médicaments. Tout l'argent ou à peu près était réinvesti dans la pharmacie, a-t-il. Depuis son arrestation, Christian Vézina, 44 ans, a dû revendre son commerce à la chaîne Brunet. Il a été radié par son ordre professionnel pour une période de huit ans et s'est recyclé comme couvreur de toitures.

Dans sa décision sur la radiation, datant du 5 janvier dernier, le Conseil de discipline de l'Ordre des pharmaciens du Québec soulignait que «l'ampleur des déficits d'inventaires des stupéfiants et des produits contrôlés étaient 10 fois plus élevés que ceux connus dans les dossiers antérieurs de trafic de stupéfiants impliquant des pharmaciens». Le syndic évoquait, lui, une «quantité effarante de stupéfiants», soit environ 400 000 comprimés mis sur le marché noir grâce à Christian Vézina.

Les représentations sur la peine auront lieu le 21 septembre. La défense aura la possibilité de réclamer une peine dans la collectivité.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer