90 jours en prison pour Claude Dubois

Claude Dubois... (PHOTO LE SOLEIL)

Agrandir

Claude Dubois

PHOTO LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
La Presse Canadienne
Montréal

Le chanteur Claude Dubois devra finalement passer 90 jours en prison pour avoir conduit en état d'ébriété pendant que ses enfants étaient dans sa voiture.

De plus, il ne pourra pas conduire pendant trois ans.

Il s'est aussi vu imposer une probation d'un an pendant laquelle il devra garder la paix et avoir une bonne conduite, et payer une suramende compensatoire.

Sa peine de prison pourra toutefois être purgée en plusieurs étapes, à raison de quatre jours par semaine, du lundi au jeudi, sauf pour deux semaines où M. Dubois a des contrats.

La juge Sophie Bourque, de la Cour supérieure de Saint-Jérôme, avait cassé mercredi la peine initialement imposée au chanteur populaire par un juge de la Cour du Québec. Vendredi, elle a confirmé la durée de la peine et la manière dont celle-ci sera purgée.

Le juge Gilles Garneau, de la Cour du Québec, avait réduit en janvier la peine commune suggérée par la Couronne et la défense - soit 90 jours de prison et une interdiction de conduite pendant trois ans -, le condamnant plutôt à une amende de 3000 $ et à une suspension de son permis de conduire pour un an seulement.

Le juge avait estimé que la proposition commune était trop sévère pour le chanteur, car elle s'écartait trop des peines habituellement imposées dans des cas semblables. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales avait porté cette décision du juge Garneau en appel.

Vendredi, la juge Bourque a ainsi rétabli la suggestion commune.

Arrêté à Québec

M. Dubois avait été arrêté à Québec l'été dernier pour alcool au volant. L'artiste présentait un taux d'alcoolémie deux fois supérieur à la limite permise. Il avait plaidé coupable.

C'est la troisième fois que le chanteur doit faire face à la justice pour des histoires d'alcool au volant. Ses premiers antécédents remontaient à 1984 et à 1996.

M. Dubois n'était pas présent en cour vendredi matin.

Selon le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Jean-Pascal Boucher, les peines sont devenues plus sévères ces dernières années en matière de conduite avec les facultés affaiblies.

«Il y a un message de dissuasion, de dénonciation clair qui est lancé par les tribunaux, aussi bien les tribunaux de première instance que les tribunaux d'appel. Alors dans cette veine-là, la peine de 90 jours semblait être appropriée dans les circonstances», a précisé M. Boucher.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer