D'autres accusations d'agressions sexuelles contre un ex-rappeur de Québec

Sam Sanon, 28 ans, alias Jay Price, a... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Sam Sanon, 28 ans, alias Jay Price, a vu 10 nouveaux chefs d'accusations portés contre lui, samedi.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En liberté conditionnelle depuis mars dernier, déjà accusé de trois agressions sexuelles, l'ex-rappeur Sam Sanon, de Stoneham, a de nouveau été arrêté, vendredi. Il est soupçonné de plusieurs autres crimes de nature sexuelle et violente, cette fois sur quatre nouvelles victimes. On lui reproche également d'avoir tué, mutilé et estropié des chiens.

L'Escouade régionale mixte de la Capitale Nationale-Chaudière-Appalaches a mis la main au collet de Sanon, alias Jay Price, dans la région de Montréal.

En vertu de sévères conditions de libération imposées dans l'attente de son procès pour agression sexuelle, il ne pouvait se trouver dans le district judiciaire de Québec et devait vivre chez sa mère, qui habite la métropole.

Ramené dans la capitale vendredi soir, il demeure incarcéré au Centre de détention de Québec jusqu'à nouvel ordre. Le gaillard de six pieds sept pouces a comparu par visioconférence depuis la prison, samedi, devant un juge du palais de justice de Québec.

Dix nouveaux chefs d'accusation ont été portés contre l'homme de 28 ans.

Les nouveaux faits reprochés se sont déroulés entre le 1er janvier 2006 et le 1er octobre 2013, notamment à La Pocatière, à Saint-Antoine-de-Tilly et à Québec. Sanon aurait fait quatre victimes au cours de cette période, agressant sexuellement trois autres femmes, portant à six le nombre d'agressions sexuelles pour lesquelles il est soupçonné.

Il fera face à des charges d'agression sexuelle, d'agression sexuelle causant des lésions corporelles, de voies de fait, de voies de fait causant des lésions corporelles, d'agression armée, de séquestration, de harcèlement criminel et d'avoir fait souffrir inutilement un animal.

Cruauté animale

L'acte d'accusation, dont Le Soleil a obtenu copie, explique en effet qu'en plus de s'en être pris physiquement à quatre individus, Sanon «a volontairement tué, mutilé, blessé et estropié des chiens», entre 2006 et 2013.

Sam Sanon avait été arrêté une première fois en février. Il avait alors été accusé d'agression sexuelle contre des femmes de 30 et 44 ans lors d'une soirée dans un hôtel de Sainte-Anne-de-Beaupré, en décembre 2014. Une jeune femme de 18 ans aurait aussi été sa victime à la sortie d'un bar en 2011.

Malgré la gravité des accusations qui pesaient contre lui et son dossier criminel déjà garni, Sanon avait été libéré début mars avec de sévères conditions. Cette fois, la Couronne s'est opposée catégoriquement à sa remise en liberté.

Sanon a déjà été condamné par le passé pour possession et mise en circulation de monnaie contrefaite, entrave, non-respect des conditions de probation et voies de fait armées.

Celui qui était également vendeur d'automobiles dans la région de Québec reviendra devant le juge en début de semaine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer