Clinique du pied: des remboursements par les petites créances

«Le recours possible est devant la Cour des... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

«Le recours possible est devant la Cour des petites créances. Nous pouvons poursuivre les gens qui sont membres de l'Ordre pour pratique illégale ou usurpation de titre, mais ça ne donne pas des sous à monsieur ou madame Tout-le-monde», a expliqué, jeudi, au Soleil, Me Marie-Chantale Lafrenière, de l'Ordre des technologues professionnels du Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'Ordre des technologues professionnels du Québec invite les clients de la Clinique du pied de Québec et de Marcel Ostiguy à se tourner vers la Cour des petites créances pour obtenir un remboursement pour des orthèses.

Cette clinique du pied - à ne pas confondre avec la Clinique du pied Équilibre, dont le porte-parole est le chroniqueur Marcel Bouchard et la Clinique du pied MD - a fait l'objet de 24 accusations de pratique illégale de la médecine et pour publicité trompeuse de la part du Collège des médecins.

«Le recours possible est devant la Cour des petites créances. Nous pouvons poursuivre les gens qui sont membres de l'Ordre pour pratique illégale ou usurpation de titre, mais ça ne donne pas des sous à monsieur ou madame Tout-le-monde», a expliqué, jeudi, au Soleil, Me Marie-Chantale Lafrenière, de l'Ordre des technologues professionnels du Québec.

«On a eu beaucoup d'appels à la suite de ces accusations. Les compagnies d'assurances sachant qu'il [M. Ostiguy] n'était pas membre de l'Ordre refusaient de payer les orthèses. Elles exigent que l'orthésiste soit membre de l'Ordre des technologues pour payer les orthèses», a-t-elle ajouté.

Choc et confusion

Par ailleurs, les accusations du Collège des médecins ont créé une onde de choc dans d'autres cliniques du pied, dont la clinique Équilibre. Cette dernière clinique, qui n'a rien à voir avec les fautes reprochées, à la clinique de M. Ostiguy craint d'être entachée injustement par les accusations du Collège des médecins.

«On n'a pas vu ça venir du tout. Il y a vraiment une confusion chez nos clients», a déploré le vice-président de la Clinique Équilibre, Frédéric Petit.

Il rappelle que l'appellation «Clinique du pied» a été retirée l'an dernier pour ne conserver que l'appellation «Clinique Équilibre» afin de se distancer des activités de la Clinique du pied, qui fait maintenant l'objet d'accusations.

«Pour les gens de Québec, l'appellation "Clinique du pied" est malheureusement ce matin [jeudi] associée à nous. Comme notre changement de nom a effet depuis seulement un an, ça reste encore dans la tête des gens», a-t-il dit.

M. Petit a souligné que les technologues des cliniques Équilibre respectent en tous points les règles du Collège des médecins. «Pour travailler chez nous, il y a une obligation d'être membre de l'Ordre des technologues. Il faut que la personne qui vient chez nous ait consulté un médecin. Le technologue dans son code de déontologie doit avoir une prescription médicale pour fabriquer une orthèse», a-t-il précisé.

Les orthésistes de la clinique Équilibre se rendent aussi dans les cliniques médicales. «On travaille étroitement avec les médecins», a dit M. Petit.

Les quatre cliniques Équilibre de Québec et de Lévis traitent environ 8000 prescriptions de médecins par année.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer