Les familles constatent les dégâts au cimetière St-Charles

Des représentants du cimetière Saint-Charles ont passé la... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Des représentants du cimetière Saint-Charles ont passé la journée de samedi sur les lieux pour répondre aux questions des passants et pour aider les familles.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des dizaines de personnes se sont déplacées samedi au cimetière Saint-Charles afin de vérifier l'état des pierres tombales de leurs proches. Alors que la majorité des familles ont poussé un soupir de soulagement, d'autres n'ont eu d'autre choix que de constater l'ampleur des dégâts.

Rencontrés par Le Soleil, peu importe que le lot familial soit intact ou pas, tous s'entendaient pour dire qu'un tel acte de vandalisme est quelque chose «d'inhumain». Dans la nuit de mercredi à jeudi, près de 170 pierres tombales ont été renversées ou fracassées.

Pour Pauline L., il n'y a pas de mot pour décrire la situation et le mal que cela a fait aux familles. «C'est très triste. C'est profaner les personnes», souligne-t-elle, après avoir vu que la pierre portant l'épitaphe de son grand-père, de sa grand-mère et de sa tante était renversée. Quelques mètres plus loin, la pierre tombale de ses parents a toutefois été épargnée. «Ça me fait de la peine de voir ça... J'aimerais bien comprendre ce que cela leur a donné. C'est seulement pour faire du mal», ajoute-t-elle, visiblement émue par la situation.

Des gens sont notamment venus de Montréal et du Saguenay-Lac-Saint-Jean hier pour constater les dommages. Afin de les guider sur le site, comme il l'a fait pour Pauline L., le directeur général du cimetière, François Chapdelaine, a tenu à être présent sur les lieux. À travers les rangées, il a passé une bonne partie de l'avant-midi à répondre aux questions des passants et à aider les familles. En après-midi, une autre employée du cimetière a pris la relève.

Pour la deuxième fois depuis jeudi, Lise Cloutier-Rhéaume est venue se recueillir devant la pierre tombale de sa famille datant de 1912... qui est renversée. «Ce sont mes parents, grands-parents, ma soeur qui sont enterrés ici. C'est d'une tristesse épouvantable», témoigne-t-elle. «Ça va être difficile pour ceux que les pierres tombales sont cassées. C'est vraiment désolant comme situation. Pourquoi briser dans un cimetière?» demande-t-elle. «Ça n'a pas de bon sens. Il faut être malade dans la tête pour s'en prendre à des monuments.»

Entre 10h et 12h, une vingtaine de voitures se sont arrêtées dans le cimetière situé entre la rivière Saint-Charles et la rue Saint-Vallier Ouest. Parmi eux, Cécile Lafleur Fradet est venue s'assurer que sa pierre tombale est toujours debout.

«La tombe est proche de cet arbre», a souligné la dame de 90 ans à M. Chapdelaine. Bonne nouvelle, la pierre est intacte. «Je suis vraiment contente et soulagée», a renchéri avec le sourire la dame de 90 ans, accompagnée de sa fille Carole Fradet, qui a fait le trajet de Montréal. «C'est un total manque de respect. C'est des gens qui ne réalisent pas l'ampleur de leur acte. C'est blessant», a pour sa part commenté Mme Fradet.

Incompréhension

Tous les gens rencontrés par Le Soleil hier avaient du mal à comprendre les motifs derrière cet acte de vandalisme. «Ce n'est pas une banque que tu attaques, c'est un cimetière», lance Marc Létourneau, dont le lot n'a pas été touché. «J'espère que les policiers vont être en mesure de les arrêter.»

Pour Jannick Duchesne, la ou les personnes qui ont commis cet acte de vandalisme souffrent énormément. «Ce sont des gens qui souffrent. Il faut être en colère pour faire ça. Quand tu débarques dans un cimetière pour briser n'importe quoi, pour faire du mal, il y a de la maladie psychologique, de la toxicomanie, de l'alcoolisme, de la pauvreté. Ce n'est pas une personne qui a eu une belle vie. C'est une personne malade...» conclut M. Duchesne.

Le cimetière espère pouvoir faire sa part

Pas question de laisser les familles livrées à elles-mêmes! Le directeur général du cimetière Saint-Charles, François Chapdelaine, a confié que l'établissement évalue la possibilité de redresser à ses frais - dans la mesure du possible - les pierres tombales non fracassées.

Le dg s'est d'ailleurs avancé, samedi, sur l'initiative, en annonçant la bonne nouvelle aux familles qui sont venues voir les dégâts. «L'huile de coude, on va la prendre en charge», a souligné M. Chapdelaine à Pauline L. (lire plus haut).

«Les monuments petits et moyens, qui n'ont pas été abîmés, on va les remettre à leur place. C'est certain que pour les monuments fracassés, ça va être autre chose. Pour les familles dont les monuments en pierre de sel sont cassés, nous allons essayer de les regrouper et de négocier un prix intéressant avec un fournisseur», a-t-il expliqué au Soleil.

Pour l'instant, M. Chapdelaine n'est pas en mesure d'avancer de date pour le début des travaux, mais espère qu'ils commenceront au cours des prochaines semaines. «C'est certain qu'il y a des plus gros monuments que nous ne serons pas en mesure de relever», précise-t-il. «On ne va pas payer pour des services externes. [...] Avant de redresser les pierres, on va tenter, bien sûr, de rejoindre les familles. Ceux qui n'ont pas de titulaire, nous allons prendre l'initiative. Il va falloir être très prudent. C'est des semaines de travail.»

Précisons que les membres du C. A. du cimetière Saint-Charles n'ont pas tous encore approuvé l'initiative avancée par M. Chapdelaine. Celui-ci est tout de même persuadé que le projet ira de l'avant.

Depuis jeudi, la direction du cimetière s'affaire à retrouver les familles dont les pierres tombales ont été vandalisées. Durant la nuit de mercredi à jeudi, près de 170 pierres ont été renversées ou fracassées. Aucune famille n'a encore été jointe par la direction.

«C'est vraiment les familles qui communiquent avec nous. On est quatre sur le téléphone depuis l'événement. Avant de pouvoir commencer à communiquer avec eux, nous voulons terminer notre inventaire», explique le dg.

La grille principale du cimetière Saint-Charles était de nouveau ouverte en soirée, hier. «Les gens peuvent venir se promener et se recueillir sans problème», assure M. Chapdelaine, qui souhaite éventuellement faire installer une caméra à cette entrée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer