L'ex-policier Serge Lefebvre reste incarcéré

Serge Lefebvre a carrément renoncé à demander une... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Serge Lefebvre a carrément renoncé à demander une libération totale, même s'il le pouvait. Il faut dire que son «équipe de gestion de cas» avait annoncé ses couleurs: elle recommandait à la Commission de refuser.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ex-policier Serge Lefebvre, qui avait abattu deux collègues en 1985 après avoir été découvert en flagrant délit de vol et de fétichisme sexuel, ne pourra recouvrer sa liberté totale. La Commission des libérations conditionnelles prolonge de six mois son séjour en centre de transition.

Il faut croire que l'homme tourmenté n'était vraiment pas prêt à revenir en société. Serge Lefebvre a carrément renoncé à demander une libération totale, même s'il le pouvait. Il faut dire que son «équipe de gestion de cas» avait annoncé ses couleurs: elle recommandait à la Commission de refuser.

Dans la décision qui vient d'être publiée, on souligne que le détenu résiste au traitement et qu'il a de la difficulté à demander de l'aide. On ajoute qu'il reste un grand cheminement à faire pour que l'assassin gère sa criminalité, sa déviance sexuelle.

L'histoire avait fait grand bruit. L'homme aujourd'hui âgé de 69 ans a écopé une sentence à perpétuité en 1986 pour double meurtre. «La version officielle indique que vous avez tué deux collègues policiers appelés à intervenir dans un entrepôt où vous veniez de commettre un vol», écrivent les commissaires qui viennent d'évaluer son dossier. «Selon vos dires, vous auriez été pris par surprise en flagrant délit à vous adonner à des pratiques masturbatoires fétichistes et refusiez que vos déviances sexuelles soient mises à jour.»

Il avait alors avoué entre 200 et 300 vols. Chaque fois, l'être troublé cherchait une soupape : des vêtements féminins pour évacuer la pression.

Retour des démons

En prison, il avait toutefois eu un comportement exemplaire. Tellement qu'on l'avait remis en liberté après seulement 17 ans, plutôt que les 25 années minimales prévues à la peine initiale.

Mais les démons avaient repris le dessus. En 2012, Serge Lefebvre avait replongé après 10 ans sans histoire. C'est justement à la suite de nombreux vols qu'il s'était fait rattraper par les enquêteurs du Service de police de la Ville de Québec. 

Encore une fois, les tourments psychologiques guidaient le criminel. Au cours de ses virées nocturnes, Serge Lefebvre ne volait souvent pas grand-chose dans les commerces. Sa chasse au trésor était très ciblée : «Vous avez expliqué avoir commencé à voler des objets féminins pour vous stimuler sexuellement», observait alors la Commission. «À l'instar des vols que vous commettiez à l'époque, les délits actuels revêtent également une connotation de fétichisme.»

Le policier déchu était donc de retour en prison. Pour un bon moment, pensait-on. Mais Serge Lefebvre a suivi les traitements. Et a été libéré en juillet 2014; il devait habiter dans des centres de transition...

Encore les démons. En octobre, la Commission des libérations conditionnelles a renvoyé Serge Lefebvre en prison. Réfractaire, fort émotif, il avait besoin d'un encadrement serré, avait jugé son équipe de gestion de cas.

Il faut croire que la pause avait fait du bien. On lui a permis de retourner en maison de transition dès février. Mais il ne se serait pas impliqué à fond dans son traitement. La Commission vient donc de conclure que sa réinsertion sociale sera graduelle, prolongée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer