Incendie à Montmagny: au bon endroit, au bon moment

La vigilance de quatre adolescents et le courage de deux policiers ont permis... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La vigilance de quatre adolescents et le courage de deux policiers ont permis de sauver la vie de cinq résidents d'un immeuble de logements qui a pris feu dans la nuit de vendredi à samedi, à Montmagny. L'un des locataires est cependant dans le coma malgré ce sauvetage in extremis.

L'adolescence et les nuits blanches à jouer à des jeux vidéo qui l'accompagnent ont possiblement sauvé la vie à cinq résidents du 31, rue Saint-Jean-Baptiste Est, à Montmagny. Quatre adolescents de 12 et 13 ans, toujours éveillés à 4h samedi matin, ont aperçu de la fumée s'échapper de l'immeuble voisin alors qu'ils s'apprêtaient à aller dormir.

«On a regardé par la fenêtre et on a vu de la fumée. On allait faire nos lits», a raconté Marie-Jeanne Bernard, l'une des jeunes. Comble du hasard, et heureusement pour les locataires, les adolescents ont aussi vu une autopatrouille de la Sûreté du Québec (SQ) garée juste en face. À l'intérieur, deux policiers interpellaient un homme en état d'ébriété, détournant leur attention de l'incendie qui naissait derrière eux.

Alertés par les quatre adolescents sortis dehors à toute vitesse, les agents de la SQ ont de suite communiqué avec les pompiers et pris les choses en main pour venir en aide aux résidents.

Vraisemblablement endormis, ces derniers n'ont pas eu conscience du brasier qui les menaçait. Personne n'est sorti dans la rue malgré la présence de détecteurs de fumée fonctionnels et les premiers cris des policiers.

«Les gens ont été pris de court», a affirmé Dany Côté, chef aux opérations du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Montmagny. Selon lui, les flammes ont progressé rapidement et étaient déjà vives à l'intérieur du bâtiment au moment de l'intervention des deux agents de la SQ. Une épaisse fumée souillait l'air et rendait difficile toute tentative de sauvetage sans équipement de protection.

Les patrouilleurs auraient d'abord cogné à toutes les portes pour sortir les résidents de leur sommeil. Ils n'auraient pas eu le temps de faire le tour de tous les appartements en raison de l'intensité du feu. À un certain point, ils ont craint que des victimes ne soient demeurées coincées à l'intérieur. Ils ont finalement trouvé des échelles sur les terrains voisins et ont aidé les résidents à sortir par les fenêtres.

Le feu s'est déclaré dans une chambre du deuxième étage, celle de l'homme dans la cinquantaine qui a été transporté d'urgence vers le centre hospitalier. La victime était, semble-t-il, intoxiquée par l'alcool au moment de l'incendie, raison pour laquelle elle n'aurait pas réagi devant l'urgence.

L'un des policiers est retourné dans l'immeuble une première fois pour essayer de libérer le locataire en danger, mais a dû ressortir, incapable d'avoir accès à la chambre. Un second essai a été plus fructueux.

Une fois sortie de l'immeuble, la victime a été transportée à l'Hôpital de Montmagny, puis transférée vers Québec. L'homme aurait subi de légères brûlures à un bras, mais a surtout inhalé une importante quantité de fumée. Il a été plongé dans un coma artificiel. Jugeant son état stable, les autorités se sont abstenues de dire si sa vie était en danger.

Dans tous les cas, le bilan aurait pu être plus lourd, n'eût été le travail d'équipe entre les jeunes témoins et les deux agents de la SQ. «Les policiers ont fait un très bon travail et au risque de leur vie», a louangé le chef pompier Dany Côté. «Si les policiers n'avaient pas été dans le périmètre, ça aurait pu être plus dramatique.»

Des enquêteurs de la SQ étaient sur place, samedi, afin de déterminer les circonstances de l'incendie. À première vue, il n'y aurait aucun élément criminel en cause.

Les sinistrés en bonne santé ont été pris en charge par la Croix-Rouge ou se sont réfugiés chez des proches. Selon les pompiers, les dommages sont considérables aux deuxième et troisième étages de l'immeuble. Ils sont évalués à 200 000 $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer