Une entreprise de Québec craint d'être confondue avec un compétiteur visé par l'UPAC

Geneviève David, propriétaire de Tapage création communications, s'inquiète... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Geneviève David, propriétaire de Tapage création communications, s'inquiète que son compétiteur Tapage communications, situé à Blainville, soit dans la mire de l'UPAC. Elle craint subir des dommages collatéraux en raison de cette situation qui peut créer la confusion chez ses clients.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est l'histoire d'une petite boîte de pub de Québec qui a un nom fort semblable à une compétitrice de Blainville... Compétitrice qui intéresse beaucoup les policiers de l'Unité permanente anticorruption (UPAC). C'est l'histoire d'une petite boîte de pub de Québec qui craint l'amalgame.

Tapage création communication, c'est Geneviève David. C'est tout. Voilà une vingtaine d'années qu'elle roule sa bosse en solo. Selon le registre des entreprises du Québec, elle s'est lancée en affaires vers 1994.

L'autre entreprise est apparue sur les radars en 2002, 2003. C'est Tapage communication, membre du Groupe Domco, une propriété de Dominic Cayer qui compterait une cinquantaine d'employés.

Jusqu'à la semaine dernière, M. Cayer était conseiller auprès du maire de Blainville. Il y a aussi été élu municipal de 2006 à 2009. Justement, cette année-là, le ministère des Affaires municipales avait conclu que la Ville avait enfreint la loi pour favoriser les entreprises du Groupe Domco, rappelait récemment Le Devoir.

En plus, Tapage communication de Blainville a été visitée par des enquêteurs de l'UPAC. Le 28 avril, ils étaient des dizaines à fouiller un peu partout dans la municipalité du nord de Montréal; les policiers étaient restés sur place 21 heures. Et ils y sont retournés la semaine dernière pour poursuivre les recherches.

M. Cayer se dit «confiant» d'être blanchi au terme de l'enquête. Il a néanmoins coupé les ponts avec l'administration municipale dans l'espoir de préserver sa compagnie.

Donc, deux entreprises distinctes qui naviguent dans l'univers de la publicité et des relations publiques. Deux noms fort ressemblants... 

Éviter le doute

«Je suis un peu désespérée», laisse tomber Geneviève David, au téléphone. C'est elle qui a appelé la rédaction du Soleil. Quelques clients lui auraient posé des questions au sujet des perquisitions à Blainville, ce qui l'aurait ébranlée.

«Une notoriété, ça prend du temps à construire», observe la propriétaire de Tapage création communication. «Je trouve ça un peu lourd à porter. Je me ramasse [...] que je dois réajuster le tir.»

Voici donc Geneviève David, installée dans le Vieux-Port de Québec, qui craint de subir des dommages collatéraux pour un «quiproquo de nom». On ne parle pas d'une grande boîte de publicité. Et elle ne voudrait pas que le doute s'enracine. 

Lors de la naissance de son compétiteur, Mme David dit avoir tenté de l'empêcher de prendre un nom aussi proche de celui de son entreprise. Sans succès. Aujourd'hui, elle fait «une petite mise au point» pour s'en éloigner.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer