Michel Girouard: un client privilégié du club vidéo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Ce n'est pas de la drogue, mais un simple «post-it» que l'avocat Michel Girouard aurait pris des mains du trafiquant Yvon Lamontagne, deux semaines avant d'accéder à la magistrature.

Yvon Lamontagne, un costaud aux cheveux gris qui purge une peine pour trafic de stupéfiants, a donné cette réponse sous serment après avoir regardé le fameux vidéo de la transaction alléguée, captée le 17 septembre 2010.

La question du président du comité d'enquête du Conseil de la magistrature ne pouvait pas être plus claire.

«Est-ce que c'était des stupéfiants?», a demandé le juge Richard Chartier.

«Non, monsieur le juge», répond Lamontagne.

«Est-ce que c'était des pilules?» «Non, c'était un post-it où j'avais écrit le montant qu'il me devait pour les films.»

Les trois membres du comité d'enquête ont voulu vider la question. Le mot «film» pouvait-il être un code pour de la drogue? «Absolument pas, c'était juste des films», jure Yvon Lamontagne.

Lamontagne a assuré qu'il n'avait jamais vendu de cocaïne ni aucune autre sorte de drogue à Michel Girouard. Il n'a jamais vu son avocat prendre des stupéfiants.

Le trafiquant de drogue avait raconté jeudi matin que son ancien avocat lui empruntait chaque semaine des films de toutes sortes, mais rarement des films pour adultes, précise Yvon Lamontagne.

En tant que client privilégié, il avait le droit de piger gratuitement dans les nouveautés qui n'étaient pas encore sur les tablettes. Et s'il voulait garder les films, il les achetait.

Michel Girouard l'appelait lui au lieu de faire affaires avec les employés du club vidéo car, précise Lamontagne, il était le seul à manipuler les nouveautés pour éviter les vols.

Contradictions

Yvon Lamontagne s'est emmêlé les pinceaux à quelques reprises en répondant aux questions de l'avocate indépendante Me Marie Cossette.

Pourquoi Me Michel Girouard vous annonce-t-il qu'il va venir vous voir en début de semaine? Demande l'avocate. «Parce qu'il veut des films pour son voyage», répond Lamontagne.

Sauf qu'à ce moment-là dans la conversation, il n'a pas encore été question de films ni de voyage, lui fait remarquer Me Cossette. «Il m'appelait toujours pour des films», rétorque l'ex-homme d'affaires.

Le 24 avril 2010, Michel Girouard appelle Yvon Lamontagne en lui demandant s'il a un bon film pour lui. Lamontagne répond «qu'il n'y a pas grand chose de ben bon cette semaine» et qu'ils regarderont cela ensemble un peu plus tard au club vidéo.

Quelques heures plus tard, l'avocat rappelle l'homme d'affaires en lui indiquant qu'il passera chez lui plutôt qu'au club vidéo. Lamontagne n'y voit pas d'inconvénient, ajoutant qu'il doit aller chercher des frites pour souper et «qu'il prendra le film en passant», comme si le choix était maintenant fait.

La balise de localisation installée par les policiers dans le véhicule de Lamontagne permet d'apprendre qu'en fin de journée le 24 avril 2010, l'homme est passé moins de cinq minutes au bar-hôtel Le Manoir de Val D'Or, est ensuite arrêté pour trois minutes à son club vidéo et a finalement acheté les frites.

Questionné par le comité d'enquête, Yvon Lamontagne a nié s'être arrêté au Manoir pour prendre de la cocaïne afin de la remettre à l'avocat.

À la suite de l'interrogatoire de Lamontagne, l'avocat du juge Girouard, Me Gérald R. Tremblay, a insisté sur le fait qu'il n'y avait aucune preuve directe de transaction de drogue.

Allégations d'achats de cocaïne

En fin de journée, un délateur, dont l'identité est protégée, a témoigné qu'à la fin des années 1980, l'avocat Michel Girouard venait deux fois par mois acheter des grammes de cocaïne au bar où il travaillait.

«On allait dans le bureau, il me demandait un gramme ou un demi-gramme», témoigne le délateur.

Par la suite, le délateur avait engagé Me Girouard pour ses démarches avec la Régie des alcools.

Selon le délateur, l'avocat a monnayé sa facture d'honoraire de 10 000$ contre des quantités de cocaïne jusqu'à la fin de 1992.

Le délateur sera contre-interrogé par les avocats du juge vendredi matin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer