Le procès du père rédemptoriste Bergeron rouvert

Le père Jean-Claude Bergeron... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le père Jean-Claude Bergeron

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Après avoir retrouvé une lettre vieille de 36 ans, le père rédemptoriste Jean-Claude Bergeron a pu faire rouvrir son procès criminel, clos depuis plusieurs mois.

10 mars 2015. À trois jours de recevoir son verdict après avoir subi un procès pour des agressions sexuelles alléguées sur sept anciens élèves, le religieux de 74 ans fait du ménage dans ses boîtes de documents d'archives. Il veut élaguer en prévision d'un éventuel déménagement du pavillon Saint-Rédempteur à Saint-Augustin-de-Desmaures.

Soudain, au milieu de missives de membres de sa famille, Jean-Claude Bergeron tombe sur la lettre d'un ancien élève, qui figure parmi les sept plaignants, ainsi que sur une lettre de la mère de cet adolescent. La missive est datée du 27 juin 1979.

«J'ai été tellement surpris, je ne me souvenais pas du tout d'avoir reçu cette lettre», a témoigné le père Bergeron lundi matin.

Après avoir relu la lettre, il a aussitôt écrit un courriel à son avocat.

Selon la défense, le contenu de la lettre vient miner la crédibilité du plaignant, dont l'identité est protégée par une ordonnance de non-publication. «L'influence de la nouvelle preuve est évidente, écrit Me Michel Massicotte dans sa requête. La Cour fera face à un autre mensonge de la part du plaignant.»

La Couronne ne s'est pas opposée à la requête en réouverture de procès. La lettre a été placée sous scellé.

DE RETOUR EN COUR LE 4 JUIN

Les parties se reverront donc le 4 juin. À ce moment, la procureure de la Couronne, Me Carmen Rioux, pourra contre-interroger le père Bergeron et présenter des témoins.

Le juge Jean-Pierre Dumais ne rendra son jugement qu'après avoir entendu ce nouvel élément de preuve.

Jean-Claude Bergeron est le deuxième père rédemptoriste, après Raymond-Marie Lavoie, accusé au criminel. Au terme d'un recours civil, la communauté religieuse de Sainte-Anne-de-Beaupré s'est entendue avec les victimes du Séminaire Saint-Alphonse pour un dédommagement de 20 millions $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer