Délit de fuite mortel: l'infirmière Tremblay reconnue coupable

Valérie Tremblay, infirmière de 29 ans, a été... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Valérie Tremblay, infirmière de 29 ans, a été déclarée coupable, vendredi, par la juge Chantale Lachance, au terme d'un procès amorcé en janvier dernier.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Valérie Tremblay n'aura pas réussi à convaincre le tribunal qu'elle n'a jamais eu conscience d'avoir happé mortellement Sébastien Dubé, dans la nuit du 7 mai 2011. En fait, la juge a qualifié «d'invraisemblable» la quasi-totalité de son témoignage, la déclarant du même souffle coupable de délit de fuite mortel.

Valérie Tremblay, infirmière de 29 ans, a été déclarée coupable, vendredi, par la juge Chantale Lachance, au terme d'un procès amorcé en janvier dernier. L'accusée a toujours prétendu ne pas avoir eu conscience qu'elle venait de heurter Sébastien Dubé sur la 46e Rue. «Elle n'est pas demeurée sur les lieux, puisqu'elle pensait avoir heurté un objet ou un animal», rappelle la décision d'une dizaine de pages.

Or, cette prétendue inconscience n'a pas tenu la route devant le tribunal. «Il est invraisemblable que l'accusée n'ait pas eu conscience d'avoir heurté une personne. Il n'est pas non plus vraisemblable qu'après s'être arrêtée, elle n'ait rien vu», a déclaré la juge Lachance.

La magistrate n'a pas non plus compris comment la conductrice a pu affirmer qu'elle n'a pas eu connaissance des dommages causés à son véhicule au moment de l'impact. «Elle n'a pas vu les dommages sur son véhicule. Or, au volant de sa voiture, elle ne peut que constater le pare-brise éclaté», a-t-elle ajouté, reprenant ainsi le plaidoyer de la poursuite avancé durant le procès.

Sébastien Dubé est mort trois semaines plus tard des suites de la collision. Il souffrait d'un polytraumatisme et n'avait que peu de chances de s'en sortir. L'accusée s'est quant à elle livrée à la police trois jours plus tard, le 10 mai, affirmant seulement avoir circulé à cet endroit dans la nuit du 7 mai, sans plus.

Aucun doute raisonnable

Selon la juge Lachance, «l'accusée n'a soulevé aucun doute raisonnable quant à son intention d'échapper à toute responsabilité criminelle». Elle affirme même dans sa décision «que l'accusée savait que des lésions corporelles ont été causées» à la victime. «[L'accusée] ne se soucie pas que la mort en résulte, que la personne meurt.»

La famille de Sébastien Dubé était présente lors de la décision et a écouté avec soulagement les propos de la juge.

Les parties reviendront devant la cour le 6 juillet pour les observations sur la peine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer