Un délinquant dangereux à l'ombre pour une durée indéterminée

David Girard-Moisan a toujours été incapable de fonctionner correctement... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

David Girard-Moisan a toujours été incapable de fonctionner correctement en établissement, que ce soit au centre jeunesse, en institution ou en prison. Incarcéré, le détenu hurle, s'automutile, fait de graves colères.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les portes du pénitencier viennent de se refermer pour une période indéterminée sur David Girard-Moisan, un détenu déclaré délinquant dangereux qui a menacé de mort et intimidé 11 agents correctionnels du Centre de détention de Québec.

L'ensemble de la preuve démontre que l'accusé a un comportement irréductible, constate le juge Bernard Lemieux. «Il constitue un danger pour la vie, la sécurité et le bien-être mental de qui que ce soit», dit le magistrat.

En rendant sa sentence, le juge Lemieux a méthodiquement repris toutes les menaces, plus violentes les unes que les autres, que le détenu de 25 ans, alors incarcéré pour une agression, a lancées aux agents, principalement des femmes.

«Je vais te décapiter et te manger le cerveau!» «Je vais retrouver tes enfants pour les violer et les tuer!» «Je vais t'ébouillanter les mains.» «Je vais t'écraser comme du steak haché.» «Je vais tous vous trancher la gorge.»

Le détenu Girard-Moisan a promis à plusieurs agentes qu'une fois en liberté, il les retracerait pour les violer ou leur mettre une balle dans la tête, les battre à mort, les dépecer.

Il a aussi menacé l'infirmière qui lui apportait ses médicaments de «lui percer les seins avec une drille». Le détenu s'était fait un pic artisanal à l'aide d'une vieille brosse à dents et n'hésitait pas à le brandir devant ses victimes.

L'accusé reconnaît qu'il doit être déclaré délinquant dangereux.

Son avocat plaidait pour une peine de détention de trois ans avec une ordonnance de surveillance de 10 ans.

Le juge Lemieux s'est toutefois rendu aux arguments de la poursuite et a préféré l'emprisonnement dans un pénitencier pour une durée indéterminée.

La Commission des libérations conditionnelles réétudiera son dossier après sept ans de détention.

Risque élevé de récidive

Les psychologues qui ont expertisé Girard-Moisan estiment qu'il présente un risque élevé de récidive.

Sous castration chimique depuis un an, Girard-Moisan a toujours des fantasmes sadiques par rapport aux femmes adultes, aux adolescentes et aux enfants prépubères, notent les spécialistes.

Victime de rejet et d'intimidation dans son enfance, il a développé des fantasmes de viol et de meurtre. Girard-Moisan affirme n'avoir aucun remords.

Il a toujours été incapable de fonctionner correctement en établissement, que ce soit au centre jeunesse, en institution ou en prison. Incarcéré, le détenu hurle, s'automutile, fait de graves colères.

Au cours d'une hospitalisation à l'Institut universitaire en santé mentale, il avait fomenté avec d'autres détenus un complot pour violer une infirmière.

Chaque tentative de traitement depuis 10 ans a échoué, concluent les psychologues.

«L'ensemble de la preuve démontre que l'accusé est incapable de contrôler ses actes et permet de croire qu'il causera la mort ou des sévices à d'autres personnes», estime le juge Bernard Lemieux.

Déjà condamné à 15 ans

Le jeune homme a eu une première condamnation à l'âge de 15 ans pour des voies de fait et menaces contre des éducateurs du centre jeunesse.

Il a par la suite été condamné à 12 mois de détention avec sursis pour avoir tenté de violer une jeune caissière de dépanneur avec un couteau et ensuite à une peine de 29 mois pour menaces envers divers intervenants croisés durant des périodes d'incarcération.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer