32 000 $ à payer pour des ébats sexuels filmés en cachette

Lydia a découvert que Jean avait des enregistrements... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Lydia a découvert que Jean avait des enregistrements vidéos de leurs ébats sur une clé USB.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un jeune homme dans la vingtaine a appris à la dure que ce n'était pas une bonne idée de filmer ses conquêtes à leur insu pendant qu'il avait des relations sexuelles avec elles. Le juge Lukasz Granosik de la Cour supérieure l'a condamné récemment à verser la somme de 32 000 $ à une jeune femme qui s'était reconnue dans une vidéo figurant sur une clé USB appartenant à son ancien amant.

L'histoire remonte à 2010, alors que Jean rencontre Lydia (prénoms fictifs) et que les deux jeunes Montréalais dans le début de la vingtaine commencent à se fréquenter et à avoir des relations sexuelles.

Jean habite alors en colocation avec trois autres personnes, et c'est alors un secret de polichinelle qu'il possède des enregistrements vidéo de ses ébats sexuels avec d'anciennes flammes, dont un le montrant en action avec deux femmes. Il aurait même déjà fait visionner l'un de ces enregistrements à ses invités lors d'une soirée des Fêtes.

Intriguée, Lydia s'assure auprès de Jean que celui-ci n'enregistrera jamais leurs ébats, une demande à laquelle il acquiesce. Il accepte aussi de lui montrer un enregistrement vidéo de lui avec une ex-copine.

À l'hiver 2011, Lydia entre chez Jean pendant qu'il est au travail et s'empare de ses clés USB, curieuse de visionner le film où il est au lit avec deux femmes. Au moment où elle s'exécute, deux de ses amies arrivent sur place, dont une des colocataires de Jean, et les trois commencent à regarder les enregistrements.

Mauvaise surprise

Lydia découvre alors avec horreur qu'une vidéo la montre en pleine action avec Jean et qu'on peut très bien la reconnaître alors que son visage se retourne vers la caméra. Lydia se fâche et contacte Jean, qui arrive à la maison en catastrophe et se confond en excuses.

La relation entre les deux est cependant interrompue par cet événement, avant de reprendre après quelques jours, puis de se terminer pour de bon quelques mois plus tard, quand Lydia apprend que Jean a eu des relations sexuelles avec une autre femme.

Lydia avait alors mis ces événements derrière elle. Une amie lui a toutefois démontré, en volant l'une des clés USB de Jean, que la vidéo de près de cinq minutes existait toujours. Un autre ami lui a dit avoir vu la vidéo de ses ébats sexuels, ce qui l'a incitée à intenter un recours en justice.

La jeune femme se disait démolie psychologiquement, nerveuse dans des contextes intimes, paranoïaque concernant les équipements électroniques, et disait avoir de la difficulté sur les plans amoureux et sexuel.

Lors du procès, la preuve a démontré que la vidéo n'avait pas été diffusée sur Internet et que seulement quatre personnes, incluant Lydia et ses deux amies, l'avaient visionnée. Jean a pour sa part déclaré qu'il souhaitait ne garder que le «beau» de l'enregistrement dans le but de faire une surprise, qu'il anticipait agréable, à Lydia.

Malgré tout, le juge Granosik - qualifiant l'enregistrement de relations intimes à l'insu d'un partenaire de particulièrement ignoble et dégradant pour la victime - a condamné Jean, un mécanicien automobile et revendeur de voitures dont les revenus annuels varient entre 9000 $ et 13 000 $, à verser 28 000 $ à Lydia pour les dommages moraux et 3000 $ en dommages punitifs avec intérêts.

Au surplus, Jean s'est également vu imposer de détruire l'enregistrement vidéo compromettant et interdire de diffuser ou de mettre en ligne tout enregistrement vidéo, image ou photographie de Lydia, de communiquer avec elle ou de s'approcher à moins de 500 mètres de son domicile ou de son lieu de travail.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer