Contrôle de foule durant les manifestations: «Des leçons à tirer», dit Couillard

Réagissant pour la première fois à l'épisode de... (Photo tirée d'une vidéo d'Impact Campus)

Agrandir

Réagissant pour la première fois à l'épisode de violence survenu jeudi devant l'Assemblée nationale en marge du budget, M. Couillard a déclaré dimanche qu'il y avait «des leçons à tirer de part et d'autre» de ces évènements, tant chez les manifestants qu'au sein des corps policiers, en particulier le SPVQ.

Photo tirée d'une vidéo d'Impact Campus

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) devra réviser certaines de ses pratiques entourant le contrôle de foule et les manifestations, selon le premier ministre Philippe Couillard.

Réagissant pour la première fois à l'épisode de violence survenu jeudi devant l'Assemblée nationale en marge du budget, M. Couillard a déclaré dimanche qu'il y avait «des leçons à tirer de part et d'autre» de ces événements, tant chez les manifestants qu'au sein des corps policiers, en particulier le SPVQ.

Concernant les forces de l'ordre, le premier ministre a évidemment fait référence à Charles Scott-Simard, ce policier qui a déclenché un gaz lacrymogène en pointant son canon à bout portant vers le visage de Naomie Tremblay-Trudeau, étudiante au Cégep Garneau, la blessant à la mâchoire.

«Je pense que sur le plan de l'intervention policière, il y a certainement des révisions qui devront être faites pour l'utilisation de cette technique particulière [gaz lacrymogène]», a exprimé M. Couillard, qui se trouvait à Brossard pour participer à un colloque. «Je suis persuadé qu'à la police de Québec, il y aura des révisions.»

Message aux manifestants

Le chef libéral a aussi lancé un message aux manifestants. «On veut que les manifestations se déroulent de façon correcte, respectueuse, sans violence», a-t-il dit, invitant les protestataires à ne pas sombrer dans la provocation inutile.

Chose certaine, les deux camps ont du travail à faire, a répété M. Couillard. «Il faut éviter les confrontations physiques lors des manifestations et il faut faire en sorte que les interventions policières correspondent aux techniques reconnues et qu'elles soient bien appliquées.»

Ces déclarations du premier ministre succèdent à celles du maire de Québec, Régis Labeaume, qui a admis samedi «qu'une erreur» avait été commise par le SPVQ. «Il n'y a pas de doute.»

M. Labeaume a ainsi voulu calmer le jeu après avoir demandé intempestivement, vendredi après-midi, ce que les manifestants pouvaient bien faire «à deux pouces du nez» des policiers peu avant le début du brasse-camarade de jeudi.

Après avoir vu et revu en boucle les images «dramatiques et détestables», le maire a éprouvé un certain malaise, au point d'en avoir la chair de poule. Dès le vendredi soir, il a souhaité un prompt rétablissement à l'étudiante.

Le SPVQ a malgré tout l'appui inconditionnel du maire de Québec. Un soutien réaffirmé samedi. M. Labeaume demande aux manifestants de fournir leur itinéraire aux autorités pour diminuer les tensions lors des prochaines manifestations.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer