Rage au volant «extrême»: un militaire arrêté

La sûreté du Québec a établi un périmètre... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

La sûreté du Québec a établi un périmètre de sécurité autour de la scène de crime et a pris la déposition d'au moins un témoin qui circulait à cet endroit au moment des événements.

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La police a arrêté, dimanche, un militaire de 35 ans, en lien avec le cas de rage au volant «extrême» survenu samedi soir sur l'autoroute 40 à la hauteur de Saint-Marc-des-Carrières. L'individu, militaire à Valcartier, est soupçonné d'avoir pointé ce qui avait l'apparence d'une arme à feu en direction d'un homme avant de le percuter avec son véhicule, le blessant sérieusement aux jambes. L'agression s'est déroulée en présence de la conjointe et des trois enfants de la victime.

Le violent événement s'est produit vers 21h30 en direction est à la sortie 254. Pour une raison inconnue, les deux véhicules, dont une Toyota Prius dans laquelle prenait place la famille, se sont immobilisés dans la sortie d'autoroute, explique le sergent Ronald McInnis de la Sûreté du Québec (SQ).

C'est à ce moment que l'individu aurait pointé une arme en direction de la victime. Il aurait ensuite foncé sur le père de famille en faisant marche arrière avant de prendre la fuite. La police a aussitôt exercé une surveillance accrue sur différentes artères, la 40 et la 138 notamment, au cours des heures qui ont suivi, mais en vain.

La SQ a établi un périmètre de sécurité autour de la scène de crime et a pris la déposition d'au moins un témoin qui circulait à cet endroit au moment des événements. Le suspect pourrait avoir été accompagné d'un passager, un renseignement non validé par les forces de l'ordre.

Pendant ce temps, la victime était conduite à l'hôpital. Sa conjointe a aussi été transportée par ambulance, atteinte d'un violent choc nerveux. Les enfants ont été pris en charge par des proches du couple.

Les informations recueillies par la Sûreté du Québec ont permis aux enquêteurs d'identifier un suspect. La piste les a menés jusqu'à Québec. Le Service de police de la Ville de Québec a appris à 10h30, dimanche matin, que l'homme recherché pouvait se trouver sur son territoire.

Importante opération

En début d'après-midi, les groupes tactiques d'intervention de la police de Québec et de la SQ et le maître chien se déployaient à l'intersection des rues des Collégiens et de la côte Chateaubriand dans un secteur résidentiel de Val-Bélair. On craignait que l'individu soit armé et dangereux pour lui ou pour d'autres. Les policiers pensaient bien pouvoir le coincer dans une résidence, mais il ne se trouvait pas à l'endroit espéré.

Le trentenaire, un militaire de la base de Valcartier, selon ce qu'a appris Le Soleil, a finalement été contrôlé et menotté vers 14h30 à plus de six kilomètres de là, dans un dépanneur du boulevard Chauveau.

Au lieu d'être incarcéré, l'homme a pris le chemin de l'hôpital par ambulance. Toujours selon une source bien informée, l'homme était psychologiquement instable et aurait même tenu des propos suicidaires. Il devrait être interrogé par les enquêteurs quand son état de santé le permettra.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer