Un juge d'Abitibi-Témiscamingue suspecté de liens avec le crime organisé

Lorsqu'il s'est porté candidat au poste de juge... (Shutterstock, Andrey Burmakin)

Agrandir

Lorsqu'il s'est porté candidat au poste de juge en 2008, l'avocat Michel Girouard n'aurait rien divulgué de son passé et d'une alléguée consommation de stupéfiants.

Shutterstock, Andrey Burmakin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des lignes de cocaïne dans son bureau d'avocat, une transaction de drogue deux semaines avant d'être nommé juge; difficile d'imaginer plus troublantes allégations que celles qui entourent le juge Michel Girouard de la Cour supérieure en Abitibi-Témiscamingue.

Le juge présentement suspendu de ses assignations réfute toutes les allégations, de la première à la dernière.

L'avis d'allégations déposé le 17 mars au comité d'enquête du Conseil canadien de la magistrature replonge le lecteur dans l'univers du procès Écrevisse, qui a fait condamner les trois évadés de Québec et trafiquants de drogue Serge Pomerleau, Denis Lefebvre et Yves Denis.

Dans le cadre de l'enquête Écrevisse, un délateur a raconté à la Sûreté du Québec avoir consommé des stupéfiants de manière récurrente avec Me Michel Girouard, dans le bureau d'avocat de ce dernier, à Val-d'Or.

Le même délateur, qui a passé avec succès un test de polygraphe en 2012, affirme qu'entre 1987 et 1992, il aurait vendu à Michel Girouard un kilogramme de cocaïne pour sa consommation personnelle, une quantité que le délateur évalue à environ 90 000 $.

Au début des années 90, toujours selon le délateur, Me Michel Girouard lui aurait troqué ses services professionnels, d'une valeur de 10 000 $, contre de la cocaïne.

Un patrouilleur de la Sûreté du Québec en Abitibi affirme avoir déjà vu Me Girouard sous l'effet des stupéfiants au bar Dix de Val-d'Or, du temps que le policier était serveur, à la fin des années 80.

Filmé chez un client

Moins de deux semaines avant sa nomination comme juge, soit le 17 septembre 2010, Me Michel Girouard a été filmé dans le bureau d'un de ses clients, Yvon Lamontagne, propriétaire d'un club vidéo de Val-d'Or arrêté dans l'opération Écrevisse. 

Un policier spécialiste de l'infiltration et du crime organisé a visionné l'enregistrement vidéo. «Il conclut avec certitude qu'il s'agit d'une transaction de stupéfiants d'habitude entre les deux hommes aperçus sur l'enregistrement, soit Me Girouard et Yvon Lamontagne», peut-on lire dans l'avis d'allégation.

Lorsqu'il a rencontré le Conseil de la magistrature, Michel Girouard a soutenu que ce jour-là, il a glissé de l'argent dans le sous-main d'Yvon Lamontagne afin de rembourser des vidéos usagées impayées.

Lors de leur arrestation le 6 octobre 2010, alors qu'ils étaient assis dans un véhicule de police, Denis Lefebvre et Yvon Lamontagne ont affirmé que Michel Girouard serait capable de leur donner des conseils même s'il était devenu juge.

Tous ces éléments ont amené l'avocate indépendante à suggérer que le juge Girouard soit accusé d'avoir, alors qu'il était avocat, «entretenu des liens étroits avec une organisation faisant partie du crime organisé».

Lorsqu'il s'est porté candidat au poste de juge en 2008, Michel Girouard n'aurait rien divulgué de son passé et d'une alléguée consommation de stupéfiants.

«Les allégations de cet avis, si elles sont acceptées par le comité d'enquête, sont susceptibles de démontrer que l'éthique, l'honnêteté et l'intégrité du juge Girouard doivent être mises en doute et que son impartialité et son indépendance sont mises à risque maintenant qu'il a accédé à la magistrature», conclut l'avocate indépendante Me Marie Cossette.

Selon la défense, une expertise médicale a démontré que le juge Girouard n'aurait aucune séquelle physique liée à une consommation de cocaïne durant plusieurs années.

Style «flamboyant»

L'ancien associé de Michel Girouard ainsi qu'un ami cardiologue du juge contredisent vigoureusement les allégations. Me Robert André Adam «sait que des rumeurs ont circulé à ce sujet au fil des années, mais selon lui, elles sont dues au style "flamboyant" de M. Girouard et au fait qu'il avait un réel succès dans sa pratique juridique», peut-on lire dans l'avis d'allégations.

Le Conseil de la magistrature devra décider si Michel Girouard est apte à siéger

Le juge Michel Girouard de la Cour supérieure sera-t-il déclaré inapte à siéger? C'est la décision qu'aura à prendre le comité d'enquête du Conseil canadien de la magistrature. Et le plus rapidement possible.

D'entrée de jeu, le juge en chef du Manitoba Richard Chartier, qui préside le comité, a dit comprendre le stress vécu par le juge Girouard, sur qui pèsent des allégations mettant en jeu sa réputation et en péril sa carrière professionnelle.

«L'incertitude autour de la situation doit être réglée le plus tôt possible pour le bien du juge et pour maintenir la confiance du public en l'administration de la justice», ajoute le juge Chartier.

Exposé de la preuve

Lors de l'audition de la cause, entre les 4 et 15 mai à Québec, une avocate indépendante Me Marie Cossette, présentera un exposé de la preuve. 

Depuis le dépôt de la plainte par le juge en chef de la Cour supérieure, en novembre 2012, le juge Girouard, par la voix de ses avocats, multiplie les requêtes pour invalider la procédure.

Dans l'atmosphère feutrée de la Cour fédérale, ses avocats ont plaidé hier matin, en l'absence du juge Girouard, que le comité d'enquête du Conseil canadien de la magistrature n'avait aucune juridiction pour entendre des faits pour certains vieux de 25 ans.

Le juge Girouard n'a fait l'objet d'aucune accusation criminelle ni même d'enquête de la part du Barreau du Québec, insiste Me Gérald R. Tremblay. 

«Un ragot de pénitencier ne peut pas justifier le Conseil canadien de la magistrature d'intervenir, ajoute Me Tremblay. Sinon, on jette un doute sur tout le monde.»  Isabelle Mathieu

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer