Meurtre de Lyne Massicotte: les aveux d'Alain Perreault à écarter, selon la défense

Quatre ans après la condamnation d'Alain Perreault pour... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Quatre ans après la condamnation d'Alain Perreault pour meurtre au premier degré, les parties avaient de nouveau rendez-vous en Cour d'appel. Défense et poursuite débattaient cette fois de l'admissibilité en preuve des aveux de Perreault au patron d'une fausse organisation criminelle, le fameux Mr Big.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Les aveux d'Alain Perreault, obtenus sous la contrainte lors d'une opération Mr Big, doivent être écartés de la preuve, plaide son avocat. Mais si les déclarations passent le nouveau test de la Cour suprême, son client doit avoir droit à un second procès pour le meurtre de Lyne Massicotte, selon Me Stéphane Beaudoin.

Quatre ans après la condamnation d'Alain Perreault pour meurtre au premier degré, les parties avaient de nouveau rendez-vous en Cour d'appel. Défense et poursuite débattaient cette fois de l'admissibilité en preuve des aveux de Perreault au patron d'une fausse organisation criminelle, le fameux Mr Big.

Dans un arrêt très attendu à la grandeur du pays, la Cour suprême est venue établir à l'automne, en tranchant l'affaire Hart, que les opérations policières Mr Big doivent être mieux encadrées juridiquement. Les aveux obtenus après ces opérations sont désormais inadmissibles à moins que la poursuite ne prouve que leur valeur probante dépasse le préjudice subi par un citoyen plongé malgré lui dans  un monde interlope fabriqué de toutes pièces.

Alain Perreault, un technicien informatique de 51 ans, était dans la mire des policiers depuis la disparition de Lyne Massicotte, à l'été 2003. Après avoir flirté avec l'employée de banque monoparentale sur Internet, Perreault était le dernier à l'avoir vue vivante.

Six ans plus tard, les policiers réussissent à embrigader Perreault dans une bande et à lui faire commettre différents crimes. En bout de piste, il va avouer au grand patron du groupe qu'il a tué Lyne Massicotte, a tenté de violer son cadavre et s'est débarrassé du corps sur la Rive-Sud.

La vidéo clandestine des aveux a été présentée au jury qui a trouvé Perreault coupable.

L'avocat de Perreault, Me Stéphane Beaudoin, estime que les aveux sont inadmissibles; le climat de contrainte les rend non fiables, dit-il. Perreault n'était pas libre de partir lors de l'interrogatoire et «il craignait les pouvoirs de l'organisation advenant qu'il ne satisfasse pas Mr Big en lui donnant sa version des faits», écrit Me Beaudoin dans son mémoire.

Possible nouveau procès

Si jamais la Cour d'appel conclut à l'admissibilité des aveux, elle doit ordonner un nouveau procès, estime Me Beaudoin. Les jurés devront alors avoir droit à des directives claires sur les aveux, ce qui n'a pas été le cas selon lui lors du premier procès.

Le ministère public considère que la valeur probante des aveux est «écrasante», selon le terme utilisé par Me Pierre Bienvenue.

Une douzaine d'éléments de preuve viennent corroborer les aveux, selon la poursuite. Le ministère public a notamment cité une photo et un dessin trouvés dans l'ordinateur de Perreault et le témoignage d'un voisin qui a vu un homme ressemblant à l'accusé se rendre à l'auto de la victime.

«Un nouveau procès permettrait seulement à M. Perreault d'ajuster son témoignage», estime

Me Bienvenue.

Les trois juges de la Cour d'appel ont pris la cause en délibéré.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer