Les remontées mécaniques sont sécuritaires, affirme l'ASSQ

Le président-directeur général de l'ASSQ, Yves Juneau, estime... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le président-directeur général de l'ASSQ, Yves Juneau, estime que les 75 stations du Québec accueillent plus de six millions de visiteurs par saison.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'Association des stations de ski du Québec rappelle que les remontées mécaniques sont sécuritaires, à la suite d'un bris majeur survenudimanche, au Mont-Sainte-Anne, lequel a conduit à la chute de deux skieurs.

Le président-directeur général de l'ASSQ, Yves Juneau, estime que les 75 stations du Québec accueillent plus de 6 millions de visiteurs par saison. Elles comptent 325 remontées, dont 125 sont des remontées aériennes. Les autres sont de type terrestre comme les arbalètes et les tapis-convoyeurs.

«Lorsqu'on réfléchit au nombre de personnes qui utilisent une remontée mécanique au cours d'une saison et au nombre relativement infime d'évacuations effectuées, on constate que ce type d'équipement demeure des plus sécuritaires. De plus, les cas de blessures corporelles à la suite d'une évacuation de remontée demeurent quasi inexistants», a expliqué le pdg, lors d'une sortie publique pour rassurer les skieurs.

Cependant, il ne pouvait dire si le nombre de bris nécessitant une évacuation était en hausse. Il n'a pas voulu davantage commenter l'incident «particulier» survenu au Mont-Sainte-Anne pendant lequel une entraîneuse et son élève d'à peine six ans ont fait une chute de plus de dix pieds.

M. Juneau souligne que ce genre d'incident est rapporté à la Régie du bâtiment du Québec, qui veille à ce que les stations de ski se conforment à la norme canadienne en matière d'entretien et de sécurité des remontées mécaniques.

La porte-parole du Mont-Sainte-Anne, Lisa-Marie Lacasse, a confirmé que la Régie avait été informée et que des inspecteurs devaient se rendre, lundi, à la station. Des experts du fabricant du télésiège, l'entreprise Doppelmayr, qui a une usine à Saint-Jérôme, ont aussi été appelés.

Coincées dans les poulies

L'entraîneuse Florence Roy, 17ans, l'une des deux personnes qui ont chuté, a expliqué dimanche au Soleil la frousse qu'elle avait vécue lorsqu'elle a vu le siège devant elle coincé dans les poulies de la tour numéro 2 de la remontée L'Express du sud. Son propre siège, dans lequel elle prenait place avec son élève et deux autres personnes, a percuté le siège immobilisé à au moins deux reprises.

C'est à ce moment que son élève a glissé sous la barre de protection et est tombé. Elle-même a décidé de quitter son siège, pensant que c'était le mieux pour elle. Les deux victimes n'ont subi aucune blessure, malgré une chute d'une dizaine de pieds. Un train de deux poulies de la tour est aussi tombé par terre.

Il s'agit du second bris qui entraîne une évacuation d'urgence par câble en moins d'une semaine au Mont-Sainte-Anne. Le 21 février, L'Express du nord avait subi un bris électrique. La même journée, la remontée quadruple de Stoneham présentait aussi un trouble mécanique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer