Le Doc Mailloux réclame l'acquittement

Le combat du psychiatre Pierre Mailloux contre son... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le combat du psychiatre Pierre Mailloux contre son ordre professionnel dure depuis près de 10 ans.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Doc Mailloux poursuit son combat contre le Collège des médecins et réclame de la Cour d'appel qu'elle l'acquitte de toutes les fautes disciplinaires qui lui ont valu des radiations.

«Je ne suis pas un médecin délinquant!» Se défendant seul contre son ordre professionnel depuis près de 10 ans, le médecin de 66 ans débordait de confiance mardi, face aux trois juges de la Cour d'appel qui entendent sa demande de révision judiciaire.

Entouré de kilos de papier, le DrPierre Mailloux parle de lui à la troisième personne du singulier, émaille ses phrases d'expressions en latin.

Il se fait provocant avec l'avocat du syndic du Collège des médecins qui, selon le Doc Mailloux, «a dupé les tribunaux». Et avec un journaliste, à qui il reproche de «poser des questions de femmes».

Pierre Mailloux a déjà purgé 19mois de radiation pour plusieurs manquements disciplinaires, notamment d'avoir prescrit de façon intempestive des mégadoses d'antipsychotiques à des schizophrènes et d'avoir été négligent dans son diagnostic. Le tribunal des professions et la Cour supérieure ont maintenu les décisions du conseil de discipline des médecins. Une radiation de cinq ans a toutefois été réduite à une radiation de trois mois.

Le controversé psychiatre nie toute faute disciplinaire et demande maintenant d'être blanchi.

Le syndic du Collège des médecins accuse le Doc Mailloux d'avoir effectué des traitements «contraires aux données de la science» et «dangereux».

Rien n'est plus faux, réplique le psychiatre. La preuve, ajoute-t-il, les traitements par mégadoses d'antipsychotiques sont maintenant tarifés d'une manière spéciale par la Régie de l'assurance médicaments du Québec. «Je ne dois pas être le seul à en prescrire», soulève le psychiatre.

Un problème d'attitude, pas de médicaments

Le problème, ce ne sont pas les mégadoses, c'est le Dr Mailloux, assure Me Jacques Prévost, l'avocat du syndic du Collège. «C'est son attitude à lui qui est dangereuse, d'aller trop vite avec les mégadoses», plaide Me Prévost.

Le syndic du Collège des médecins estime que la Cour d'appel doit maintenir une radiation de deux ans contre Pierre Mailloux en plus de continuer à limiter sa pratique par la suite.

Le syndic propose que le psychiatre de la Mauricie puisse administrer des mégadoses d'antipsychotique aux patients qui en ont besoin, mais jamais sans avoir consulté au préalable un confrère psychiatre. 

Cette façon de faire n'est pas praticable dans la réalité, rétorque Pierre Mailloux. «Je traite les plus gros cas de psychiatrie et je les traite avec dignité et efficacité, maintient-il. Je ne mettrai pas un de mes collègues dans l'embarras.»

Les trois juges de la Cour d'appel ont pris la cause en délibéré. Ils devront entendre à nouveau Pierre Mailloux et le syndic en juin dans une seconde demande de révision.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer