Facultés affaiblies au volant d'un bus scolaire: le chauffeur dit avoir bu seulement après la crevaison

«Il y avait une trentaine d'étudiants dans son... (Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

«Il y avait une trentaine d'étudiants dans son autobus, et aucun n'aurait remarqué que le chauffeur avait les facultés affaiblies? La Couronne est muette à ce sujet-là», a fait valoir Me Girard Tremblay, rappelant que son client présentait des symptômes au moment de son arrestation.

Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ex-chauffeur d'autobus scolaire Jacques Roberge a effectivement bu de l'alcool l'après-midi du 21 octobre 2011. Sauf qu'il n'avait plus la garde et le contrôle de son autobus lorsqu'il a vidé la quasi-totalité de son 10 onces de Chemineaud.

C'est ce qu'a plaidé mercredi son avocat, Me Elliot Girard Tremblay, devant le juge Jean-Pierre Dumais. Jacques Roberge, 61 ans, avait un taux d'alcoolémie de 0,17 au moment de son arrestation, qui a eu lieu après qu'une crevaison eut forcé l'accusé à immobiliser son autobus sur l'accotement de l'autoroute 73, près de Saint-Étienne.

Roberge transportait alors une trentaine d'élèves des écoles secondaires Laubier et Les Etchemins qui retournaient chez eux, à Saint-Lambert-de-Lauzon.

«Il y avait une trentaine d'étudiants dans son autobus, et aucun n'aurait remarqué que le chauffeur avait les facultés affaiblies? La Couronne est muette à ce sujet-là», a fait valoir Me Girard Tremblay, rappelant que son client présentait des symptômes au moment de son arrestation. 

Selon la version de la défense, Roberge avait dans ses poches un 10 onces de brandy en prévision d'une sortie qu'il devait faire le lendemain avec un ami. Il aurait bu presque tout le contenu de sa bouteille après la crevaison, en 15 minutes, au moment où les élèves transitaient entre son autobus immobilisé et un autre venu en renfort. 

«Cousue de fil blanc»

La procureure de la poursuite, Me Geneviève Baril, estime que la version de l'accusé, qui compte déjà cinq antécédents en matière de facultés affaiblies, est «cousue de fil blanc» et «invraisemblable». 

Le juge Dumais rendra sa décision vendredi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer