Le passager de la traverse Québec-Lévis tombé à l'eau a été repêché

C'est un hélicoptère de la Garde côtière qui... (Photo fournie par Mélanie Gravel)

Agrandir

C'est un hélicoptère de la Garde côtière qui a localisé et rescapé l'individu.

Photo fournie par Mélanie Gravel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Malgré une bonne demi-heure à la dérive au milieu des glaces, l'homme repêché lundi matin des eaux inhospitalières du fleuve Saint-Laurent, entre Québec et Lévis, s'en sortira. Le malheureux se serait jeté à l'eau à l'arrière du traversier Alphonse-Desjardins, selon des témoins.

Un individu est tombé de ce traversier lundi... (Photo collaboration spéciale Steve Jolicoeur) - image 1.0

Agrandir

Un individu est tombé de ce traversier lundi matin.

Photo collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Le traversier avait quitté Québec à 7h30 en direction de Lévis avec 91 personnes à son bord et se trouvait alors tout proche de la rive sud. Il était 7h39 quand un passager a averti un membre d'équipage qu'un malheureux avait enjambé le bastingage. Sitôt l'information relayée au capitaine, celui-ci a lancé l'appel d'urgence (un mayday dans le langage maritime) capté par le centre de recherche et sauvetage de la Garde côtière canadienne.

Ordre a été donné au brise-glace NGCC Pierre-Radisson de se mettre en chemin. L'hélicoptère de la Garde côtière, qui faisait une tournée d'observation des glaces, a été demandé en renfort. Les pompiers et la police de Québec ont été alertés, puis ceux de Lévis.

Le traversier s'est laissé dériver pour qu'un employé garde un contact visuel avec la personne en détresse - qui était tour à tour sur les glaces et dans l'eau - et qu'il puisse guider les secours, comme le veut la procédure.

Maryse Brodeur, porte-parole de la Société des traversiers du Québec (STQ), affirme qu'il était impossible de tenter un sauvetage à partir du pont et trop dangereux de lancer un canot de sauvetage compte tenu du couvert de glace. «Ça voyage très, très vite», a-t-elle fait remarquer.

À 8h03, quand l'hélicoptère a repéré l'homme immergé, celui-ci était d'ailleurs rendu au milieu du fleuve. Le pilote a posé l'appareil sur une plaque de glace qui lui apparaissait assez solide. Les deux observateurs de glaces qui l'accompagnaient sont sortis pour tirer la victime de l'eau et la monter à bord, a expliqué Michel Plamondon, porte-parole de la Garde côtière. L'hélicoptère s'est ensuite posé sur le brise-glace, qui a accosté au quai 17, à l'entrée du bassin Louise, où attendait une ambulance.

L'homme de 49 ans, de Québec, a été transporté dans un des hôpitaux du CHU de Québec. Ann Mathieu, porte-parole de la Sûreté du Québec, a fait savoir en après-midi qu'il était hors de danger et très chanceux d'avoir été secouru.

Geneviève Dupuis, porte-parole du CHUQ, a refusé de commenter ce cas. Elle a toutefois indiqué que les personnes en hypothermie sont généralement mises dans une pièce chaude, où elles sont enveloppées de couvertures chaudes et se font installer un soluté chaud.

Sauvé par les glaces?

La durée de survie dans une eau glacée est généralement de quelques minutes. Aussi impressionnantes soient-elles, les glaces ont donc possiblement sauvé la vie du malheureux.

Les policiers de la SQ sont chargés de l'enquête, car l'incident a eu lieu sur le fleuve. Ils attendent que l'homme récupère pour le rencontrer, après avoir pris la déposition des témoins et des intervenants. «On n'écarte aucune hypothèse pour le moment, accident ou geste volontaire», a précisé Ann Mathieu, porte-parole régionale du corps de police.

Quant au traversier, qui avait dévié de sa route, il a été aidé par un remorqueur du groupe Océan pour rejoindre le quai de Lévis, où il a accosté vers 8h35. Le service a repris normalement à 9h.

Maryse Brodeur ne peut dire à quand remontait le dernier incident du genre à la traverse Québec-Lévis, mais elle est catégorique : «il s'agit d'un cas isolé et extrêmement rare». Elle a précisé qu'un exercice d'homme à la mer est réalisé annuellement. La procédure d'évacuation et d'abandon du navire est révisée toutes les semaines.

La porte-parole de la STQ a louangé la collaboration des passagers, «qui ont fait preuve de compréhension et de sang-froid» malgré la gravité de la situation.

La passagère Mélanie Gravel, qui n'a pas vu la victime sauter par-dessus bord, mais a assisté au sauvetage, confirme que tous ont fait preuve de calme et de patience, surtout à partir du moment où ils ont été informés par le capitaine de ce qui se passait. «Les gens étaient juste abattus devant la scène», a-t-elle souligné.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer