Tragédie de l'Isle-Verte: Roch Bernier commande sa propre enquête

Le copropriétaire de la Résidence du Havre, Roch... (PHOTO COLLABORATION SPÉCIALE JOHANNE FOURNIER)

Agrandir

Le copropriétaire de la Résidence du Havre, Roch Bernier, n'aime pas certains aspects du rapport du coroner Cyrille Delâge.

PHOTO COLLABORATION SPÉCIALE JOHANNE FOURNIER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Johanne Fournier</p>
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Cacouna) Le copropriétaire de la Résidence du Havre de L'Isle-Verte n'a pas terminé d'analyser le rapport du coroner sur l'incendie mortel de son établissement que déjà, il en est agacé. «Certains aspects du rapport ne font pas notre affaire», laisse tomber Roch Bernier. Entre-temps, il a mandaté une firme privée pour faire enquête sur le sinistre du 23janvier 2014, dans lequel 32de ses clients ont péri.

Sans vouloir en dire davantage, puisqu'il n'a pas terminé d'analyser tout le document de 141 pages, il affirme avoir l'intention de convoquer les médias à une conférence de presse sur le sujet en début de semaine prochaine. «Je vais réserver mes commentaires pour l'instant», fait-il savoir.

On peut d'ores et déjà penser que les critiques assez cinglantes du coroner dirigées à l'endroit de la direction de l'établissement n'ont certes pas fait plaisir à M.Bernier. Parmi les blâmes de Me Cyrille Delâge, il y a «le fait d'avoir logé des personnes non autonomes dans une section du bâtiment qui ne satisfaisait pas aux normes, le personnel de soutien en nombre insuffisant et non formé pour venir en aide aux résidents en situation d'urgence, l'agissement pour le moins étrange du préposé en service la nuit de l'incendie ainsi que le défaut des préposés de nuit de participer à des exercices d'évacuation».

Contre-expertise

Roch Bernier ne se contente pas non plus des conclusions du rapport d'enquête de la Sûreté du Québec (SQ). C'est pourquoi il a mandaté la firme Drolet, Besselle et Landreville de Montréal. «Je voulais ma propre enquête, donne-t-il comme raison. Ce sont des experts en sinistre. Les résultats de leur enquête vont sortir au grand public très prochainement. C'est la direction de la Résidence du Havre qui a donné le mandat. C'est pas en lien avec la compagnie d'assurances. C'est un rapport qui va être de beaucoup différent du rapport d'enquête de la police.»

Le volumineux rapport d'enquête de la SQ a été déposé à la fin octobre auprès de la direction des poursuites criminelles et pénales du Bas-Saint-Laurent. On ne sait toujours pas si des accusations seront portées contre certains individus.

«[...] Tant et aussi longtemps que le point d'origine et la cause la plus probable d'un incendie ne sont pas scientifiquement ou objectivement établis, on ne peut éliminer l'incendie volontaire [...]», écrit le commissaire aux incendies dans son rapport. En conclusion de ses recommandations, MeDelâge précise : «Il appartient [...] au directeur des poursuites criminelles et pénales [...] de décider s'il doit intervenir à la suite des gestes posés par certains témoins le soir de l'incendie ou des contradictions dans leur témoignage et leurs déclarations.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer