Deux policiers honorés de Québec devant le Comité de déontologie

Les policiers Sébastien B. Roy et Yannick Campagna... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Les policiers Sébastien B. Roy et Yannick Campagna ont été critiqués pour avoir fouillé un citoyen sans raison valable. En mai 2014, au moment où cette photo a été prise, Le Soleil rapportait que les deux hommes avaient reçu une médaille pour un geste héroïque survenu en 2011.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ils ont gagné une médaille en mai pour avoir posé un geste héroïque. Ils sont aujourd'hui blâmés par le Comité de déontologie policière pour avoir fouillé sans raison valable le citoyen Rémi Valcourt, de même que son véhicule et son téléphone cellulaire.

L'histoire remonte au 3 décembre 2012. Les policiers Yannick Campagna et Sébastien B. Roy interceptent le véhicule de Rémi Valcourt aux fins de vérification. Le ton monte rapidement entre M. Valcourt et les policiers, et l'arrestation se transforme en altercation.

M. Valcourt se considère comme harcelé depuis plusieurs mois par les policiers du Service de police de la Ville de Québec et associe cette interception à ce phénomène. Les agents Campagna et Roy soutiennent toutefois qu'ils ne connaissent pas cet individu avant de l'arrêter.

Alléguant que M. Valcourt montre un comportement violent et qu'il craint pour sa sécurité, l'agent Roy fouille l'intérieur de son véhicule. Prétendant voir une bosse dans le manteau de M. Valcourt, l'agent Campagna lui ordonne de mettre ses mains sur le véhicule et procède à une fouille par palpation. Il découvre un cellulaire attaché à la taille de M. Valcourt et l'ouvre pour l'examiner, car celui-ci n'est pas protégé par un mot de passe.

Au cours de ces échanges houleux, l'agent Campagna traite M. Valcourt de «criminel». Le Comité de déontologie retient que le policier a manqué de respect à l'égard de Rémi Valcourt, parce que même si un citoyen a des antécédents judiciaires, il ne possède pas un statut de «criminel».

Rémi Valcourt, qui a aujourd'hui 40 ans, a déjà été condamné pour voies de fait, contacts sexuels, intimidation et harcèlement criminel.

Le Comité de déontologie policière statuera dans les prochaines semaines sur les éventuelles sanctions à imposer aux deux policiers. Les agents Yannick Campagna et Sébastien B. Roy auront ensuite 30 jours pour en appeler de la décision qui a été rendue.

Cette même équipe de patrouilleurs avait été honorée pour un événement survenu en 2011. L'agent Roy avait alors abattu un voleur de banque alors que ce dernier tentait d'atteindre son collègue Campagna à l'aide d'un couteau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer