Une alarme persistante à la chapelle des Soeurs-du-Bon-Pasteur

L'ancien lieu de culte planté au coeur de... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'ancien lieu de culte planté au coeur de la colline parlementaire, rue de la Chevrotière, est toujours à l'abandon même si la Société québécoise des infrastructures (SQI) vient d'en reprendre le contrôle.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les voisins de la chapelle des Soeurs-du-Bon-Pasteur ont été quittes pour une bonne frousse dimanche: les pompiers ont été appelés à deux reprises puisqu'une alarme a résonné pendant des heures dans cet édifice patrimonial classé qui abrite des oeuvres de grande valeur.

L'ancien lieu de culte planté au coeur de la colline parlementaire, rue de la Chevrotière, est toujours à l'abandon même si la Société québécoise des infrastructures (SQI) vient d'en reprendre le contrôle. Voilà sept ou huit ans que les portes ont été fermées à double tour. Il n'y avait donc personne sur place pour entendre la sonnerie soulignant un problème, explique le porte-parole de la Société, Martin Roy.

Le système de sécurité serait néanmoins lié à une centrale de surveillance. Là-bas, la «console» a crié. Deux fois, peut-être trois fois, des agents de sécurité ont été envoyés sur les lieux, dit-il. Puisqu'ils n'identifiaient pas de dangers, ils réamorçaient le système d'alarme puis partaient. Et la machine se remettait à carillonner.

M. Roy indique que le système d'alarme n'a pas vraiment retenti. Un simple signal sonore imperceptible de l'extérieur indiquait une défectuosité dans le système.

Double visite des pompiers

Pourtant, les pompiers ont été appelés sur les lieux à deux reprises, nous confirme la porte-parole du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec, France Voiselle. Selon les rapports d'intervention, la première alerte a été déclenchée un peu avant 20h. Le dossier a été fermé en 11 minutes, après des «vérifications».

Mais, à 20h36, un autre témoin a contacté les services d'urgence : «Ça sonnait dans la chapelle.» Les sapeurs sont restés une heure sur place, le temps de s'assurer que le système électrique n'était pas compromis, qu'il n'y avait pas de risque d'incendie.

On a finalement découvert une fuite d'eau dans un tuyau du système de gicleurs contre les incendies, détaille Martin Roy, de la SQI. Puisque ça coulait dans les combles, l'eau a imbibé la laine isolante, s'est infiltrée, a coulé le long d'une colonne, a inondé le plancher de la chapelle. Aucune oeuvre d'art, aucune pièce ayant une valeur patrimoniale reconnue n'aurait été compromise, selon lui.

Toujours à l'abandon

«C'est à l'abandon [...]. C'est inquiétant pour les résidents», souligne une des membres des coopératives d'habitation voisine, Nathalie Arsenault. «L'alarme sonnait depuis le matin, selon les résidents autour.»

Elle-même affirme avoir contacté la SQI dimanche grâce à un numéro d'urgence. Au téléphone, on lui aurait dit que l'édifice n'appartient pas à la SQI...

«Ça avait l'air grave sur le coup», témoigne également Marie Leclerc, ancienne résidente du secteur. Elle rappelle que l'ensemble immobilier collé à la chapelle abrite quelque 240 logements qui seraient menacés en cas de feu.

Les deux femmes sont membres du comité ReGénérations Bon-Pasteur qui tente de redonner vie à la chapelle voisine de l'édifice G. Ainsi qu'à deux autres constructions installées dans la cour du lieu de culte.

Déjà, on sait que le bâtiment de l'ancienne garderie sera démoli.

Avant d'être remercié par les urnes, le gouvernement péquiste avait prévu quelques millions de dollars pour la mise aux normes et la transformation de la chapelle du Bon-Pasteur. Le montant a été rayé du budget déposé par les successeurs libéraux.

«On espère vraiment que cette chapelle-là revive», aspire Marie Leclerc. Une coopérative pour les aînés, des services médicaux, une cuisine collective, un espace artistique... les projets sont nombreux. Elle concède néanmoins que la conversion représente «un grand défi». «C'est un bel espace, mais c'est un espace qui est exigeant.»

La chapelle des Soeurs-du-Bon-Pasteur est classée comme édifice patrimonial autant par le gouvernement du Québec que par Ottawa.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer