Voiture en feu: un homme doit la vie à ses collègues

Les pompiers ont dû intervenir pour éteindre le... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

Les pompiers ont dû intervenir pour éteindre le brasier.

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Un homme de Québec doit aujourd'hui la vie à ses collègues de travail qui l'ont extirpé de son automobile en flammes.

C'était soir de célébrations dimanche au Four Points by Sheraton Quebec Resort à Charlesbourg. Une centaine d'employés de l'hôtel participaient au traditionnel party des Fêtes, toujours tenu en janvier. En quittant les lieux vers 2h30, une employée a aperçu dans le stationnement une automobile blanche dont le moteur était allumé.

La dame est rentrée dans l'établissement parce qu'elle soupçonnait que quelque chose clochait. Elle s'est rendue à la réception de l'hôtel pour demander au collègue qui travaillait de nuit de regarder le véhicule à l'aide des caméras de surveillance.

«À partir de là, on nous a prévenus qu'il y avait une voiture en feu, raconte William Fiset-Nadeau, qui jasait en compagnie d'autres collègues. On était au moins cinq à se rendre à l'extérieur pour voir ce qui se passait.»

À leur arrivée près du véhicule, ils ont bien remarqué que des flammes s'échappaient sous le moteur et qu'il y avait de la fumée dans l'habitacle. «Les portes étaient verrouillées. Il y a un collègue qui a donné un méchant coup de pied pour briser la vitre du côté passager. Je suis ensuite entré à l'intérieur pour débarrer la porte du côté conducteur. Il y avait beaucoup de fumée et j'avais de la misère à respirer», se remémore le jeune homme qui s'est légèrement coupé à la main avec un éclat de verre.

La victime qui pourrait s'être endormie derrière le volant était semi-consciente au moment où ses collègues l'ont extirpée de l'automobile. «On a eu le temps de le mettre à l'abri en attendant les ambulanciers avant que les flammes s'attaquent à l'intérieur de la voiture», ajoute William.

Les pompiers ont dû intervenir pour éteindre le brasier. Du véhicule, il ne reste plus qu'une carcasse calcinée. La police conclut à un bris mécanique pour expliquer l'incident.

La victime a été conduite à l'hôpital pour y soigner des blessures, surtout à cause de la fumée qu'elle a inhalée. L'homme a été traité en chambre hyperbare à l'hôpital de Lévis.

«Dieu merci, j'ai des bons collègues.» Le dg du Four Points, Jose de Freitas, rapporte ainsi les paroles de la victime avec qui il a pu parler, lundi. L'homme qui a été appelé sur les lieux en pleine nuit n'avait que de bons mots pour ses employés.

«Je félicite toute mon équipe. Il s'en est fallu de peu pour que ce sauvetage devienne une mort. Même les policiers m'ont dit qu'une ou deux minutes plus tard et ça aurait été peut-être trop tard.»

«Vraiment, tout le monde a fait preuve de sang-froid. Et c'est grâce à ça qu'ils ont pu sauver leur collègue», conclut le directeur.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer