Les fils Twitter et YouTube de l'armée américaine piratés

Le compte Twitter du CENTCOM a été piraté.... (IMAGE TWITTER)

Agrandir

Le compte Twitter du CENTCOM a été piraté.

IMAGE TWITTER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Washington

Les sites Twitter et YouTube du Commandement central de l'armée américaine ont été attaqués lundi par des pirates informatiques qui se disent à la solde du groupe armé État islamique, mais le Pentagone confirme qu'aucune information n'a été compromise.

Le groupe de pirates semble être le même que celui qui est actuellement sous enquête par le FBI pour l'attaque contre les sites web et comptes Twitter de certains médias - dont une station de télévision du Maryland et un journal du Nouveau-Mexique -, le mois dernier.

«Soldats américains, nous arrivons, surveillez vos arrières», pouvait-on lire sur le compte Twitter. D'autres publications révélaient ce qui semblait être les noms, numéros de téléphones et adresses courriel de membres du personnel militaires, ainsi que des diapositives Power Point et des cartes.

La plupart du matériel portait la mention «FOUO», ce qui signifie «For Official Use Only», ou «Pour utilisation officielle seulement». Mais aucune information ne semblait confidentielle ou sensible, ce qui porte à croire que les pirates n'ont pas eu accès à du matériel confidentiel.

L'un des documents semblait être des diapositives développées par le laboratoire de l'institut technologique Lincoln, du Massachusetts, un centre de recherche et développement sur la sécurité nationale financé par le gouvernement fédéral. Les diapositives semblaient décrire des «scénarios» de conflits avec la Corée du Nord et la Chine.

Les gazouillis ont été publiés peu après que le Commandement central de l'armée américaine a fait ses propres publications, disant que les États-Unis et ses alliés continueraient à frapper le groupe État islamique en Irak et en Syrie, et l'un répétant que la France allait déployer un porte-avion pour contribuer à la lutte.

Le fil Twitter a été rebaptisé «CyberCaliphate» avec, en sous-titre, «I love you ISIS».

Un message plus élaboré référait aux frappes aériennes présentement menées par la coalition dirigée par les États-Unis contre le groupe État islamique (ÉI). «Nous avons accédé à votre réseau et appareils personnels, et savons tout de vous. Nous n'aurons aucune pitié, infidèles. ÉI est déjà là, nous sommes dans vos ordinateurs personnels, dans chaque base militaire.»

«Soldats américains! Nous vous surveillons!», ajoutait le message.

Quelques vidéos du groupe ÉI ont aussi été versées sur le compte YouTube, montrant prétendument des opérations militaires et des explosions.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Josh Earnest, a affirmé que les autorités se penchaient sur la situation et la prenaient très au sérieux.

Un dirigeant du secrétariat à la Défense des États-Unis a confirmé, sous le couvert de l'anonymat, que les deux sites avaient été compromis et que le Commandement central préparait les mesures appropriées pour rectifier la situation.

L'armée a suspendu le fil Twitter du Commandement central et fermé son compte YouTube. Il n'était pas possible de confirmer si les sites avaient été piratés par le groupe extrémistes lui-même ou par des sympathisants.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer