Attentat au Charlie Hebdo: le caricaturiste du Soleil sous le choc

Le dessinateur Charb (ici photographié en 2012) était sous... (Archives AP)

Agrandir

Le dessinateur Charb (ici photographié en 2012) était sous protection policière depuis l'incendie criminel contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo, il y a quatre ans, après la publication de dessins satiriques contre l'islam, dont ceux illustrant le prophète Mahomet, interdits par le Coran.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

(Québec) L'attaque terroriste contre la rédaction de l'hebdomadaire français Charlie Hebdo a laissé «en état de choc» le caricaturiste du Soleil, André-Philippe Côté. Sans connaître personnellement les quatre collègues dessinateurs tombés sous les balles, il appréciait depuis longtemps leur travail, leur audace surtout.

«C'était de grosses pointures, des caricaturistes d'élite. Ils étaient des éclaireurs qui n'avaient pas peur d'aller au front, de prendre des risques. On craignait le pire pour eux et le pire est arrivé...» déplore-t-il.

L'un d'eux, Charb, était sous protection policière depuis l'incendie criminel contre le journal, il y a quatre ans, après la publication de dessins satiriques sur l'islam, dont ceux illustrant le prophète Mahomet, une pratique interdite par le Coran.

«Tu ne dois pas t'empêcher de rire d'une religion. Ça n'enlève rien à ceux qui croient. Dans le cas de l'islam, ce sont les intégristes qui se revendiquent de Mahomet qui sont dangereux, pas Mahomet lui-même.»

«Mais je crois que c'est plus large que ça, poursuit-il. Charlie Hebdo a décidé qu'on pouvait se moquer des musulmans comme on pouvait le faire avec les catholiques. Ils disaient tout haut ce que beaucoup de monde disait tout bas. Leur travail était essentiel. Ils étaient prêts à tout pour défendre leurs idées. [...] Une attaque contre une salle de presse pour des motifs moraux et idéologiques, c'est du jamais-vu. Des journalistes sont tués, mais habituellement, ça se passe en zones de guerre.»

À son avis, cet attentat terroriste risque de refroidir certains caricaturistes. «Je peux comprendre ceux qui vont hésiter, c'est possible que ça arrive, mais j'espère surtout un mouvement de solidarité très fort.»

Émotion oblige, la caricature publiée jeudi à la une du Soleil a été l'une des plus difficiles à faire de sa carrière. «Les caricaturistes forment une sorte de communauté qui travaillent dans les mêmes conditions. Quand un drame comme ça frappe, c'est la liberté d'expression qui est touchée.»

Attaque terroriste au Charlie Hebdo

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer