Le citoyen souverain détenu à Chicago

Le «citoyen souverain» Alain Painchaud... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Le «citoyen souverain» Alain Painchaud

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le citoyen souverain Alain Painchaud ne pourra accueillir ses sujets dans son royaume pour Noël. Il est présentement incarcéré aux États-Unis après y être entré sans passeport, sur sa route pour trouver l'asile politique.

Alain Painchaud, cet ingénieur de 45 ans qui a déclaré sa souveraineté du Canada et fondé sa propre république rue Sasseville dans Sainte-Foy, doit se présenter au palais de justice de Québec lundi.

Le juge Michel L. Babin attend les résultats d'un examen psychiatrique sur la responsabilité criminelle du citoyen souverain.

Alain Painchaud est accusé d'importation illégale de médicaments, d'avoir eu des armes mal entreposées et d'entrave au travail des agents frontaliers qui ont procédé à son arrestation.

Les chances que l'accusé soit présent sont minces. Alain Painchaud a été arrêté le 24 novembre à l'aéroport O'Hare de Chicago par les agents des douanes et de l'immigration américaines.

Avant de prendre l'avion, ce jour-là, le souverain annonçait ses intentions sur sa page Facebook. «Après toutes ces atteintes injustifiées-injustifiables à mes droits et libertés garantis comme citoyen canadien, toutes ces poursuites de la Couronne sans fondement, toutes ces agressions, j'ai fait une demande de réfugié politique», écrivait Alain Painchaud.

Selon nos informations, il souhaitait se faire déclarer réfugié politique en Thaïlande, où il a passé plusieurs mois en 2013 et où vit sa conjointe.

Painchaud a été arrêté en arrivant à l'aéroport O'Hare parce qu'il est arrivé aux douanes sans les documents requis pour entrer aux États-Unis.

Il est présentement détenu au centre correctionnel de McHenry County, entre Milwaukee et Chicago, et doit faire face à des accusations pour avoir contrevenu à la Loi sur l'immigration, explique Shawn Neudauer, porte-parole du service des douanes et immigration américaines, dans un échange de courriels avec la journaliste du Soleil.

Painchaud devra faire face à la justice administrative américaine avant de revenir au Canada.

Les procureurs de la Couronne fédérale et provinciale affectés au dossier Painchaud n'avaient aucun indice sur la manière dont le souverain, qui bénéficie d'une liberté sous engagement durant les procédures, serait ramené au Canada pour subir la fin de son procès.

En avion sans passeport

Autre question nébuleuse, comment Alain Painchaud a-t-il pu quitter le Canada en avion sans son passeport, document qu'il a dû déposer au dossier de la cour?

La porte-parole d'Air Canada, Isabelle Arthur, explique que si Alain Painchaud a utilisé cette compagnie aérienne pour se rendre à Chicago, il a dû, comme tous les autres citoyens canadiens, exhiber un passeport valide ou une carte Air Nexus en partant du Canada.

À moins, peut-on se demander, qu'un passeport délivré par sa république souveraine ait été suffisant pour une compagnie aérienne...

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer