Coupable d'avoir agressé son beau-fils pendant 17 ans

Le palais de justice de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le palais de justice de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Georges Boisvert, un homme de 60 ans de Québec, a profité de sa position d'autorité pour agresser sexuellement son beau-fils sur une période de 17 ans dans les années 80 et 90, de l'enfance jusqu'à l'âge adulte, tranche la Cour du Québec.

Le juge René de la Sablonnière n'a pas été tendre et a prononcé un verdict sévère envers l'accusé, vendredi, rejetant complètement sa version des faits. Selon le magistrat, Boisvert a livré «un témoignage invraisemblable» et s'est contredit à plusieurs reprises au cours du procès, tenu au printemps.

Le sexagénaire a donc été déclaré coupable des cinq chefs d'accusation d'agression sexuelle, de grossière indécence et d'attentat à la pudeur déposés contre lui. Présent dans la salle et toujours libre en attendant sa sentence, Boisvert n'a pas bronché en apprenant la décision du juge. Il reviendra en cour le 16 février pour les observations sur la peine.

Sa victime, Steve Beauregard, a d'abord pleuré en écoutant le long et douloureux récit qui est le sien, mais a finalement esquissé un sourire en entendant le verdict du tribunal. Le juge a pris plus d'une heure pour lire l'ensemble de sa décision.

Dès l'âge de 9 ans

Georges Boisvert a commencé à agresser sexuellement Steve Beauregard alors que ce dernier n'était âgé que de 9 ans. D'abord voisin, Boisvert est devenu le nouvel ami de coeur de la mère de la victime, devenant son beau-père.

Alors que Steve Beauregard était adolescent et qu'il habitait à Charny avec sa mère, Boisvert cognait à la porte de sa chambre afin de solliciter des contacts ou des relations sexuelles. Il prétextait vouloir se mettre au lit, mais s'adonnait plutôt aux abus répétés contre la jeune victime, aujourd'hui âgée de 43 ans.

Éprouvant «de la honte» et une «certaine peur», Steve Beauregard n'a jamais osé dénoncer son agresseur. Il a révélé vendredi qu'il aurait pu le dénoncer plus tôt, mais qu'il ne l'a pas fait pour protéger sa mère, dépendante financièrement de l'accusé. «Je ne parlais pas parce que c'est pour elle que je faisais ça», a dit M. Beauregard devant les journalistes. «Quand j'ai décidé de le dénoncer, ma mère m'a dit qu'elle n'avait plus besoin de lui.» L'agresseur est cependant toujours le beau-père de la victime, même s'il a été dénoncé.

La fréquence des abus et la durée de l'emprise de Boisvert sur Steve Beauregard ont poussé la victime «à se poser des questions sur son orientation sexuelle» dès l'adolescence, a indiqué le juge.

Marqué par les agressions sexuelles multiples, Steve Beauregard a entretenu une relation amoureuse durant cinq ans par Internet avec sa conjointe actuelle avant de la rencontrer en personne. Cette rencontre devait marquer la fin des agressions, après 17 ans de tourmente.

Intimidé en plein procès

Georges Boisvert s'est par ailleurs rendu tristement célèbre au cours de son procès pour avoir intimidé sa victime devant les caméras. Ayant accepté de lever l'interdit de publication sur son identité, Steve Beauregard avait décidé d'accorder une entrevue aux journalistes présents au palais de justice de Québec, en mai dernier.

Boisvert avait interrompu le point de presse par sa simple présence, à deux pouces de sa victime, avec qui il lui était interdit d'entrer en contact. Les constables spéciaux avaient dû intervenir.

Georges Boisvert doit subir un autre procès pour agression sexuelle cet hiver. La présumée victime est cette fois une adolescente.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer