Appel à l'aide d'un jeune accusé de leurre informatique

Jeff Rancourt a exprimé un mal de vivre... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Jeff Rancourt a exprimé un mal de vivre presque palpable en cour jeudi.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «J'ai de la misère à m'accepter... Je me cache tout le temps.» Le jeune Beauceron Jeff Rancourt, 18 ans, accusé de leurre informatique et d'extorsion sur huit adolescents, dit n'avoir jamais accepté son homosexualité et demande de l'aide.

Tête basse dans le box des détenus, Jeff Rancourt, les traits juvéniles, exprime un mal de vivre presque palpable.

Sa soeur de 20 ans, Marie, vient d'expliquer au juge Gilles Charest, à quel point son petit frère a changé depuis un an et demi et s'est refermé sur lui-même.

L'été dernier, Jeff lui confie qu'il est homosexuel. La jeune femme le dit à ses parents, malgré la demande contraire de son frère.

Les parents du jeune homme n'ont jamais eu l'occasion d'en parler avec leur fils. «On ne voulait pas brusquer Jeff, a expliqué son père Angelo Rancourt, un menuisier d'atelier. On avait espérance qu'il allait nous en parler de lui-même. Ça ne s'est jamais fait.»

De retour du travail jeudi dernier, Angelo Rancourt a plutôt appris par des collègues que son fils avait été arrêté et accusé de leurre informatique et d'extorsion de huit adolescents âgés de 14 à 17 ans, des accusations qui, s'il est reconnu coupable, peuvent lui valoir une peine minimale d'un an de prison. D'autres accusations resteraient à venir.

Jeff Rancourt vivait seul dans un appartement à Notre-Dame-des-Pins, en haut de chez sa grand-mère. Il terminait des cours secondaires à l'éducation aux adultes et travaillait dans une épicerie.

Depuis septembre, il se serait créé de faux profils de jeune fille sur Facebook. Selon le résumé fait jeudi par la procureure de la Couronne Me Andréanne Sirois, Rancourt aurait utilisé ces profils pour communiquer avec des jeunes hommes en leur demandant de lui envoyer des photos de leur visage et de leur pénis. Les adolescents demandant d'abord de voir leur interlocutrice, Rancourt aurait envoyé des photos de visage, de sein et de fesses de jeune fille.

Selon la Couronne, Jeff Rancourt finissait par se dévoiler au grand jour et réclamait de nouvelles photos et vidéos. Si son interlocuteur refusait, le jeune homme aurait menacé de publier les premières photos sur Facebook. Le chantage aurait duré plusieurs mois dans le cas d'au moins une victime alléguée.

Un garçon aurait accepté de rencontrer Jeff Rancourt. Ils seraient allés au cinéma, mais n'auraient eu aucun contact sexuel.

Famille sous le choc

Encore sous le choc des accusations, Angelo Rancourt a plaidé pour que son garçon quitte la détention, mais aussi sa région. «La Beauce, c'est petit et tout le monde se connaît, a-t-il fait remarquer. Je ne veux pas qu'il se fasse harceler, qu'il se fasse détruire. On veut l'encadrer et on veut l'aider!»

Jeff Rancourt a affirmé «regretter ce qu'il a fait.» «Je sais que ce n'est pas une maladie, mais j'ai toujours vécu dans l'ombre, a-t-il expliqué d'une voix étranglée par les sanglots. Je m'étais dit que j'aillais réussir à surmonter ça, mais ça ne marche plus. J'ai besoin d'aide.»

Les mains serrées sur la poitrine, la mère du jeune homme attend la décision du magistrat. Marie, assise près d'elle, l'encourage.

Le juge Gilles Charest a finalement accepté de remettre le jeune accusé en liberté durant les procédures moyennant le dépôt de 1000 $. Jeff Rancourt devra aller demeurer chez sa soeur à Québec, se tenir très loin des ordinateurs et d'Internet et être accompagné d'un membre de sa famille lors de ses sorties, notamment pour avoir voir un psychiatre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer