Une fonctionnaire arrêtée par l'UPAC trouve du travail dans la municipalité voisine

Bien qu'Andrée Ouellet-Beaulieu doive comparaitre en février pour... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Bien qu'Andrée Ouellet-Beaulieu doive comparaitre en février pour des accusations d'abus de confiance commis dans le cadre de ses fonctions à Saint-Médard, le maire de Saint-Guy, Jean-Noël Bolduc, ne voit pas de problèmes à l'embaucher.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Arrêtée par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) la semaine dernière, l'ex-directrice-générale et secrétaire-trésorière de Saint-Médard Andrée Ouellet-Beaulieu n'aura pas eu à patienter bien longtemps pour se retrouver du travail. Elle occupera les mêmes fonctions dans la municipalité voisine, Saint-Guy.

Bien que Mme Ouellet-Beaulieu doive comparaitre en février pour des accusations d'abus de confiance commis dans le cadre de ses fonctions à Saint-Médard, le maire de Saint-Guy, Jean-Noël Bolduc, ne voit pas de problèmes à l'embaucher.

«Ça nous prenait une secrétaire-trésorière vite, la nôtre est en congé-maladie», explique le maire du village d'une centaine d'habitants. «On n'avait pas le temps de chercher et une firme comptable nous l'a conseillé en nous disant qu'elle faisait de l'excellent travail. À date, ça va bien.»

Même si Andrée Ouellet-Beaulieu est reconnue coupable des accusations qui pèsent contre elle, Jean-Noël Bolduc n'est pas prêt à s'engager à la congédier. «Je ne sais pas. Ça dépendra. On a fait nos vérifications à Saint-Médard avant de l'embaucher.»

Opposition contestée

Au moment d'officialiser l'embauche de Mme Ouellet-Beaulieu au Conseil de ville, lundi, une seule conseillère municipale, Normande Rioux, a manifesté son désaccord avec la surprenante embauche.

«J'ai dit à Mme Ouellet-Beaulieu de ne pas faire de coche mal taillée parce que j'allais la surveiller», explique la conseillère Rioux.

Ironiquement, une autre conseillère municipale a alors demandé la démission de Normande Rioux pour des raisons éthiques, lui reprochant son négativisme.

Bien que le conseil n'a finalement pas exigé la démission de Mme Rioux, le maire Bolduc condamne l'attitude de la conseillère récalcitrante. «Je comprends qu'elle a le droit à son opinion, mais il ne faut pas être tout le temps négatif», explique-t-il. «On a proposé deux noms et elle a dit non aux deux. On dirait qu'elle travaille à l'encontre de la ville.»

Le maire reproche également à Normande Rioux de s'être adressée aux journalistes. «À un moment donné, ce ne sont pas les médias qui vont gérer notre ville.»

La principale intéressée ne voit pas le problème. «Ils sont en 1800, moi je suis en 2014. J'ai bien le droit. Le maire dit que je nuis à la paroisse et que je suis négative parce que je ne suis pas d'accord avec lui.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer