Lise Thibault: un cas singulier qui prend une tournure historique

C'est l'avocat de Lise Thibault, Me Marc Labelle,... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

C'est l'avocat de Lise Thibault, Me Marc Labelle, qui s'est adressé aux journalistes après que sa cliente eut reconnu sa culpabilité.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le cas Lise Thibault, déjà singulier, prend une tournure historique avec la reconnaissance de culpabilité enregistrée lundi par l'ex-lieutenante-gouverneure du Québec dans le cadre de son procès criminel.

«C'est une première» pour la fonction, affirme Martin Pâquet, professeur au Département des sciences historiques de l'Université Laval et expert en histoire politique du Canada.

M. Pâquet soulève d'abord que le poste de lieutenant-gouverneur n'est pas seulement symbolique, mais aussi «efficient», en ce sens qu'il a un impact réel sur la vie parlementaire. «C'est une fonction qui joue un rôle important mais à des instants particuliers.» Il rappelle que le titulaire de ce poste est le dernier maillon dans l'adoption d'un projet de loi à l'Assemblée nationale, ayant le choix d'y apposer ou non la sanction royale.

À ce titre, M. Pâquet croit que celui ou celle qui siège comme lieutenant-gouverneur «doit être au-dessus de tout soupçon». «Vous représentez, en bout de course, le bien commun. [...] Cette personne est garante des institutions au Québec et au Canada.»

En s'avouant coupable de six chefs d'accusation de fraude et d'abus de confiance lundi matin au palais de justice de Québec, Lise Thibault reconnaît qu'elle s'est accaparé le bien commun pour son bien personnel, estime le professeur.

Image de la fonction

M. Pâquet ne cache pas que le cas Thibault aura des conséquences, du moins à court terme, sur l'image de la fonction de lieutenant-gouverneur. «Ça remet en cause le principe de la légitimité et du consentement. [...] Comment voulez-vous convaincre le simple citoyen que vous avez des comportements éthiques? Comment voulez-vous convaincre les gens de ne pas frauder? Il faut être au-dessus de tout soupçon», répète-t-il. Et c'est sans compter que le lieutenant-gouverneur est le plus haut dignitaire du Québec sur le plan protocolaire.

Quant à ceux qui souhaiteraient l'abolition pure et simple de cette fonction, bien malin celui qui peut lui prédire un tel avenir, s'amuse Martin Pâquet. «[La fonction] est prévue dans la Loi constitutionnelle de 1867 et 1982. [...] La dernière fois qu'on a voulu amender la loi, c'était à Charlottetown ou encore au lac Meech. Et on connaît la suite...»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer