Bernard «Rambo» Gauthier coupable d'intimidation

Bernard «Rambo» Gauthier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Bernard «Rambo» Gauthier

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Le leader syndical de la Côte-Nord, Bernard «Rambo» Gauthier, a été reconnu coupable d'avoir intimidé un directeur d'opération d'une carrière de Sept-Îles pendant la grève de la construction, en juin 2013. La décision de la Cour du Québec est tombée vendredi au palais de justice de Sept-Îles.

Le tribunal a conclu que le représentant du local 791 des opérateurs de machinerie lourde s'est comporté «d'une manière menaçante» à l'égard du plaignant, Frédéric Boucher dans le dessein de le «forcer» à s'abstenir d'accomplir son travail. Pour le juge Michel Parent, le plaignant s'est senti harcelé et a eu des raisons de craindre pour sa sécurité dans «les circonstances».

En juin 2013, alors qu'un conflit de travail paralysait les chantiers de la province, Bernard Gauthier, accompagné d'un groupe de travailleurs en grève, s'est présenté sur le chantier supervisé par M. Boucher, où des ouvriers effectuaient des travaux de concassage, malgré l'arrêt de travail.

Selon ce qu'a rapporté le plaignant pendant le procès en septembre, le représentant syndical l'aurait injurié et menacé «à deux pouces du nez» pour qu'il cesse toutes les opérations. Un autre travailleur l'aurait agrippé au collet et menacé de le frapper au visage, pendant que les autres ouvriers continuaient de l'insulter. Dans sa décision, le tribunal soutient ne pas avoir cru M. Gauthier lorsqu'il affirme que «les consignes [pendant la grève] ont été respectées et qu'aucune menace de violence n'a été adressée à Frédéric Boucher par le défendeur». La Cour note également «l'aisance» de l'accusé lors de son témoignage et sa tendance «à se donner le beau rôle».

Bernard Gauthier a confirmé qu'il ferait appel de la décision sur sa page Facebook. «Si vous me demandez aujourd'hui si je fais confiance à mon système de justice à deux vitesses, hmmm!!! Anyway, on va se revoir en Cour d'appel! Encore une crisse de fois. Qui est [le] ministre de la Justice? J'me rappelle pu!» a-t-il écrit après sa sortie du tribunal.

Bernard Gauthier répondait à des chefs d'intimidation et harcèlement. La Cour a prononcé un «arrêt conditionnel des procédures» à l'égard du deuxième chef d'accusation puisque l'accusé a été trouvé coupable du premier. Les observations sur la peine ont été reportées au 3 février. Ce type d'infraction est passible de six mois de détention, ou d'amende, ou les deux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer