La vidéo de l'évasion de Québec rendue publique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le public a maintenant le droit de voir les images captées par les caméras de surveillance du Centre de détention de Québec lors de l'évasion en hélicoptère du 7 juin.

Le juge Louis Dionne a accueilli la requête présentée par un consortium de médias, dont Le Soleil, et levé mercredi après-midi l'ordonnance de non-publication sur la vidéo déposée en preuve par la Couronne à l'occasion des représentations sur la peine de Serge Pomerleau, Denis Lefebvre et Yves Denis, coupables de trafic de stupéfiants et gangstérisme.

Le magistrat a affirmé mal voir comment le débat public était mieux servi par la diffusion de ces images de la cour intérieure de la prison, où l'on voit notamment la queue de l'hélicoptère. «On cherche à montrer les images pour les montrer», estime le juge Dionne.

La Couronne ne lui a toutefois pas démontré en quoi la diffusion des images mettait en péril l'enquête en cours sur l'évasion.

Le procureur de la Couronne, Me Antoine Piché, affirmait que la diffusion des images était «purement sensationnaliste» et que les journalistes avaient déjà bien décrit ce que montraient les caméras de surveillance.

L'avocat des médias, Me Jean-François Côté, a plaidé que la vidéo ne montrait que des faits neutres et ne dévoilait aucune technique d'enquête. Le principe reconnu de la publicité des débats judiciaires entraîne la diffusion des pièces déposées au dossier de la cour, a rappelé Me Côté.

Les trois accusés eux-mêmes ne s'opposaient pas à la diffusion de la vidéo de l'évasion.

À une question du juge Louis Dionne, Serge Pomerleau a dit n'avoir aucun problème avec la diffusion. «Il y a beaucoup de monde qui attend après ça», a remarqué l'accusé.

Des peines de 5 à 8 ans

Par ailleurs, les trois avocats de défense ont terminé leurs représentations sur la peine et ont réclamé au juge Louis Dionne des peines de cinq ans de détention pour Yves Denis, huit ans pour Denis Lefebvre et huit ans pour Serge Pomerleau, même si ce dernier était le dirigeant du vaste réseau de vente de stupéfiants en Abitibi.

Le ministère public réclame des peines sévères de 16 à 24 ans.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer