Procès Écrevisse: la Couronne réclame des peines «historiques»

Les trois hommes se sont évadés du Centre... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Les trois hommes se sont évadés du Centre de détention de Québec grâce à des complices qui les ont cueillis en hélicoptère dans la cour de l'établissement carcéral.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Serge Pomerleau, Denis Lefebvre et Yves Denis sont passés à l'histoire en s'évadant en hélicoptère du Centre de détention de Québec. S'il n'en tient qu'à la Couronne, ils seront aussi célèbres pour s'être vu imposer les plus lourdes peines jamais vues au Québec pour du gangstérisme, soit jusqu'à 24 ans de prison.

Pour des accusés exceptionnels, il faut des sentences exceptionnelles, a martelé le procureur de la Couronne Me Antoine Piché, en réclamant entre 22 et 24 ans de prison pour le chef Serge Pomerleau, 20 ans pour son bras droit Denis Lefebvre et 16 ans pour Yves Denis, responsable de la vente de drogue dans la rue.

En outre, la poursuite réclame des amendes compensatoires de 3,2 millions $ à Pomerleau et 1 million $ à Lefebvre. Et Revenu Québec n'est pas encore dans le coup...

Selon la preuve policière, crue par les jurés, l'organisation criminelle dirigée par Pomerleau, 50 ans, Lefebvre, 53 ans, et Denis, 35 ans, a contrôlé tout le trafic de drogue en Abitibi durant quatre ans, inondant la région de 654 kilos de cocaïne, sans compter le cannabis, les amphétamines et les métamphétamines.

Seulement pour la cocaïne, les experts policiers évaluent que l'organisation a fait des profits entre 34 et 42 millions $. De la somme, il faut déduire 5000 $ par kilo, la redevance que le gang de Pomerleau devait verser aux Hells Angels pour pouvoir occuper ce territoire.

Preuve de la bonne santé financière de l'organisation, près de quatre ans après leur arrestation, Pomerleau, Lefebvre et Denis avaient encore les moyens de financer et d'orchestrer une évasion en hélicoptère du centre de détention, souligne le procureur de la Couronne. «Les accusés se sont enrichis aux dépens des gens d'une petite région», insiste Me Piché, avant de souligner les ravages documentés du trafic de cocaïne sur les populations.

Technologie sophistiquée et discipline

Les trois hommes et leurs complices, qui ont tous déjà reçu leur sentence, fonctionnaient avec des technologies sophistiquées et beaucoup de discipline, a fait remarquer Me Piché. Ainsi, jamais la cocaïne et l'argent ne se trouvaient au même endroit au même moment. Le groupe criminel n'hésitait pas à utiliser la violence; un arsenal a d'ailleurs été saisi dans l'une des caches.

Les peines qu'imposera le juge Louis Dionne doivent être exemplaires et dissuasives, estime le procureur de la Couronne. À ses yeux, il est illusoire de croire à la réhabilitation de criminels tels que Pomerleau, Lefebvre et Denis, qui ont chargé des gens de commettre des crimes au profit d'un gang.

Depuis l'ajout de la notion de gangstérisme au Code criminel en 2001, jamais des peines aussi sévères n'ont été imposées au Québec. Par le passé, une sentence de 19 ans constituait le plus lourd tribut.

Pour le ministère public, la détention provisoire de quatre ans purgée par les accusés depuis leur arrestation doit compter à taux simple seulement.

Les trois avocats de défense feront leurs représentations au juge Dionne à partir de mardi. Ils réclament notamment que la détention provisoire compte pour le double.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer