La Cour supérieure casse une ordonnance contre Bernard Gauthier

Bernard Gauthier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Bernard Gauthier

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fanny Lévesque
Le Soleil

(Sept-Îles) La Cour supérieure casse l'ordonnance qui forçait Bernard «Rambo» Gauthier à se tenir loin du travailleur Harold Richard, en vertu de l'article 810 du Code criminel. Ce dernier disait craindre pour sa sécurité après avoir été injurié par le leader syndical en pleine grève de la construction, à l'été 2013.

Le tribunal a conclu que la juge de première instance a «commis une erreur manifeste dans l'interprétation des faits, qu'elle ne pouvait pas seulement se baser sur les paroles prononcées [par Bernard Gauthier] pour justifier un 810», a expliqué le procureur au dossier, Steeve Beaupré, qui confirme d'ores et déjà qu'il ne portera pas la décision de la Cour supérieure en appel.

Les deux autres travailleurs impliqués dans cette affaire, Christian Bouchard et Marc Bérubé, membres de la section locale représentée par Bernard Gauthier, n'avaient pas porté le jugement de mars 2014 en appel, contrairement à leur leader syndical. «La preuve n'a pas non plus démontré qu'il y avait eu collusion, les gestes des autres ne peuvent pas être imputables à Bernard Gauthier», a ajouté Me Beaupré.

Le principal intéressé n'a pas caché sa joie ce matin en réaction à la décision de la Cour supérieure. «Je suis extrêmement heureux», s'est exclamé le représentant de la section locale 791 des opérateurs de machinerie lourde. «Je reprends confiance en le système de justice, c'est très rassurant. Ma crainte depuis plusieurs années, c'est qu'avec tout le battage médiatique qui m'entoure, qu'un juge ou un commissaire tombe dans le piège», a-t-il ajouté.

D'autres accusations

Reste que Bernard «Rambo» Gauthier devra répondre à des accusations de non-respect d'engagements dans cette affaire pour des événements reprochés le jour même où il les a contractés alors qu'il aurait insulté Harold Richard à la sortie de la salle de cour, au palais de justice de Sept-Îles. Or, les incidents se seraient produits avant que Bernard Gauthier ne signe les documents, selon la défense, qui se dit «très confiante» pour la suite.

En juin 2013, Harold Richard, syndiqué de la CSN-Construction, a été insulté et intimidé par des travailleurs de la construction alors qu'il allait se procurer des pancartes au lieu de rassemblement des organisations syndicales, pendant la grève. Bernard Gauthier, qui était sur place, n'a jamais nié avoir injurié M. Richard.

Les deux hommes n'en étaient pas à leurs premiers démêlés. M. Richard avait aussi obtenu gain de cause devant la Commission des relations du travail après s'être plaint de discrimination syndicale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer