Tragédie de L'Isle-Verte: délai «dur à comprendre»

Le coroner Cyrille Delâge (à droite) a émis... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le coroner Cyrille Delâge (à droite) a émis des commentaires parfois acerbes lors de la première journée d'audiences de l'enquête publique sur l'incendie mortel de la Résidence du Havre, lundi, à Rivière-du-Loup.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Drame à L'Isle-Verte

Actualité

Drame à L'Isle-Verte

Incendie à L'Isle-Verte »

Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rivière-du-Loup) Vingt-cinq minutes. C'est le délai raisonnable pour intervenir sur un incendie à L'Isle-Verte, au Bas-Saint-Laurent, une donnée qui a fait réagir le coroner Cyrille Delâge.

«Je suis allé voir et j'ai de la misère à comprendre, avec la caserne de pompiers qui est proche, que ça prend 25 minutes», s'est exclamé le commissaire en chef à la suite du témoignage du président de l'Association des chefs en sécurité incendie du Québec, Daniel Brazeau. Ce délai d'intervention d'une brigade de pompiers volontaires est jugé acceptable par la MRC de Rivière-du-Loup, dont fait partie L'Isle-Verte. La commissaire adjointe, Me Marie Cossette, a porté à l'attention de Me Delâge que ce délai d'intervention avait été approuvé par le ministère de la Sécurité publique.

Lors de la première journée d'audiences de l'enquête publique sur l'incendie mortel de la Résidence du Havre qui a débuté lundi, Me Delâge a aussi questionné le système d'entraide automatique qui est inexistant entre les services d'incendie des municipalités voisines de L'Isle-Verte.

Le témoignage du coordonnateur de la sécurité incendie de la MRC de Rivière-du-Loup était vivement attendu par le coroner Delâge. Christian Chénard-Guay a présenté les effectifs de la brigade des incendies de L'Isle-Verte : 16 pompiers à temps partiel, dont seulement quatre sont formés. Les autres, y compris les officiers et le chef, bénéficient d'une clause grand-père qui n'oblige pas les sapeurs, qui étaient déjà en poste avant 1998, à suivre une formation. 

«Notre rôle est d'offrir la formation, mais la municipalité décide en fonction de son budget, souligne M. Chénard-Guay. On n'a pas le pouvoir de sévir. On a un rôle de recommandation, sans plus.» Les pratiques en combat d'incendie ne sont pas non plus du ressort de la MRC. La responsabilité revient à la municipalité.

Conditions difficiles pour les secouristes

Auparavant, deux policiers de la Sûreté du Québec, André Duchesne et Patrick Dionne, ont été appelés à la barre des témoins. M. Duchesne a décrit la scène en mentionnant les conditions difficiles dans lesquelles oeuvraient les secouristes. «C'était très froid, a-t-il raconté. Nos enquêteurs étaient à quatre pattes à chercher. De 30 à 40 cm de glace s'étaient accumulés sur la scène à cause de l'arrosage. On a dû faire venir des équipements supplémentaires. Aussi, les jours sont plus courts l'hiver.»

Avant les explications de son collègue, plusieurs membres des familles des disparus, qui étaient présents dans la salle d'audience bondée du palais de justice, n'ont pu contenir leurs larmes lors de la projection d'une vidéo dans laquelle apparaissaient plusieurs résidents disparus.

Une conseillère technique de la Régie du bâtiment du Québec, Lise Veilleux, a parfois eu droit aux commentaires plutôt acerbes de Me Delage. «Vous avez fait un exposé parfait, mais pour un propriétaire, ce n'est pas facile à comprendre», lui a-t-il fait savoir. Au moment où la dame a tenté une explication, il l'a immédiatement interrompue. «La résidence de L'Isle-Verte était-elle conforme? a-t-il enchaîné avec insistance. Répondez par oui ou par non!» La dame a fini par répondre «oui», dans la mesure où le type de clientèle demeurait le même.

Par ailleurs, le président du comité de prévention de l'Association des chefs en sécurité des incendies du Québec, André St-Hilaire, a allégué que l'évacuation de la Résidence du Havre aurait pu se faire en 10 minutes.

Trois questions à élucider mardi

  • Entraide automatique entre pompiers des municipalités voisines
  • Aqueduc à vérifier
  • Formation et entraînement des pompiers

214
policiers
66
intervenants civils
11
jours de traitement sur la scène de crime
282
témoins interrogés
165
articles saisis pour expertise
32
victimes, dont 28 ont été identifiées

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer