Enquête sur la tragédie de L'Isle-Verte: explications arides et souvenirs douloureux

L'enquête publique sur l'incendie mortel de la Résidence... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

L'enquête publique sur l'incendie mortel de la Résidence du Havre de L'Isle-Verte est présidée par Me Cyril Delage, ici photographié ce matin.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rivière-du-Loup) L'enquête publique sur l'incendie mortel de la Résidence du Havre de L'Isle-Verte, dans le Bas-Saint-Laurent, s'est ouverte lundi avant-midi au palais de justice de Rivière-du-Loup. Policiers et experts en bâtiment et en incendie ont témoigné devant le commissaire Cyrille Delâge. Celui-ci s'est montré irrité de la complexité de certaines explications. Auparavant, la projection d'une vidéo sur l'établissement pour aînés réalisée avant la funeste nuit du 23 janvier et dans laquelle apparaissaient plusieurs disparus a provoqué larmes et sanglots provenant de la salle.

Les premiers témoins à avoir été interrogés par Me Marie Cossette, qui assiste le commissaire Delâge, sont deux policiers de la Sûreté du Québec, André Duchesne et Patrick Dionne. M. Duchesne a expliqué les opérations du plan appelé Filet IV, qui a été appliqué lors de la tragédie, alors que son collègue a présenté les plans du bâtiment avant l'incendie. Un total de 214 policiers et 66 civils sont intervenus pendant les 11 jours de traitement de la scène de crime, où 282 témoins ont été rencontrés et 165 items ont été saisis pour expertise. Il a rappelé que l'incendie avait fait 32 victimes, dont 28 ont pu être identifiées. 

Une conseillère technique de la Régie du bâtiment a parfois eu droit aux commentaires plutôt acerbes de Me Delâge. Lise Veilleux a expliqué la réglementation en matière de sécurité des bâtiments en vertu des normes gouvernementales. «Y a-t-il quelqu'un, à part vous, qui comprend quelque chose dans ces réglementations?, a demandé le commissaire en chef. Vous avez fait un exposé parfait, mais pour un propriétaire, ce n'est pas facile à comprendre!» Au moment où la dame a tenté une explication, il l'a immédiatement interrompue. «La résidence de L'Isle-Verte était-elle conforme?, a-t-il enchaîné avec insistance. Répondez par oui ou par non!» La dame a fini par répondre «oui, à condition qu'il n'y aurait pas eu de modification de clientèle». Plus loin, Cyril Delâge a poursuivi: «J'espère que vous ne pensez pas que des gicleurs vont régler tous les problèmes! Aussi, pour des personnes âgées, quand même que j'aurais 200 détecteurs de fumée, elles vont rester là!»

Le dernier expert à avoir témoigné au terme de cette demi-journée d'audiences est le président du comité de prévention de l'Association des chefs en sécurité des incendies du Québec. Selon André St-Hilaire, l'évacuation de la Résidence du Havre aurait pu se faire en 10 minutes. Alors que le pompier a souvent fait référence aux travaux de son comité, Me Cyril Delâge lui a dit de «lâcher les comités» et de lui faire part de solutions. «Vous connaissez mon point de vue, a-t-il dit. La meilleure solution pour combattre les incendies est la prévention.» Au procureur de la municipalité de L'Isle-Verte, Pierre Duquette, qui s'apprêtait à interroger le témoin, le commissaire lui a demandé de faire vite.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer