La Ville de Québec devra verser 300 000 $ aux pompiers

Le président de l'Association des pompiers professionnels de... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le président de l'Association des pompiers professionnels de Québec, Éric Gosselin

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir déjà déboursé plus de 300 000 $ en frais judiciaire, la Ville de Québec devra payer 300 000 $ aux pompiers de Québec pour des propos jugés diffamatoires prononcés en 2009 par l'administration du maire Régis Labeaume.

Il s'agit d'une deuxième victoire consécutive pour l'Association des pompiers professionnels de Québec. Le 10 septembre 2013, un arbitre du travail avait déjà montré du doigt la Ville de Québec pour les propos diffamatoires. Vendredi, la Cour supérieure du Québec a tranché à son tour en faveur des pompiers.

Le litige remonte au mois de mars 2009. Le syndicat représentant les pompiers avait alors déposé un grief pour «accusations et insinuations fausses, mensongères et diffamatoires» contre le conseiller responsable de la sécurité publique, Richard Côté. Dans un reportage diffusé à TVA, l'ancien élu municipal avait accusé les pompiers de mettre en danger la sécurité de la population et de cacher ou d'omettre volontairement de remplir des rapports d'incendie, empêchant des réclamations d'assurance des citoyens de la ville.

«Ça coûte 700 000 $ aux citoyens»

Le jugement de la Cour supérieure confirme donc que ces propos étaient bel et bien diffamatoires. Le syndicat des pompiers se réjouit bien sûr de cette victoire. «Ça a été tranché très nettement en notre faveur», souligne le président, Éric Gosselin.

Il se désole toutefois des coûts payés par les contribuables dans cette lutte. «Ça coûte 700 000 $ aux citoyens de Québec pour s'être butés à une partie qui ne voulait pas du tout discuter et arriver à une entente là-dessus», dénonce Éric Gosselin. «Il va falloir que quelqu'un lève la main et dise que ça suffit. À un moment donné, ça n'a pas de bon sens!»

Le président de l'Association des pompiers professionnels se demande comment l'administration Labeaume peut préférer ainsi le recours aux tribunaux, plutôt que la négociation. «Au final, on remporte les victoires, et ça coûte énormément cher aux citoyens. La valeur ajoutée, elle est où pour les citoyens?»

L'attaché de presse du maire de Québec, Paul-Christian Nolin, a préféré ne pas commenter hier soir le jugement de la cour, disant ne pas encore avoir reçu de copie du document.

À moins de porter la décision en appel, la Ville de Québec devra se résoudre à payer 7500 $ au syndicat des pompiers et 750 $ à chacun de ses membres, dont 500 $ à titre de dommages-intérêts punitifs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer